Le gouvernement tchèque peine à s’entendre sur la date de sortie du charbon

Le gouvernement tchèque n'a pas réussi à décider d'une date d'élimination progressive du charbon lundi (1er janvier).

Le gouvernement tchèque n’a pas réussi à décider d’une date d’élimination progressive du charbon lundi (1er février), car la proposition basée sur les recommandations de la commission du charbon n’a pas trouvé un soutien suffisant parmi les ministres.

Le document sera soumis à un débat entre les ministères et les parties prenantes, a déclaré le ministre du Commerce, de l’Industrie et des Transports, Karel Havlíček (ANO, Renew). Cela signifie que la décision finale du gouvernement a été reportée. « Nous ne sommes pas pressés par le temps », a déclaré M. Havlíček après la réunion.

Bien que la commission du charbon du pays ait recommandé la fermeture des mines de charbon tchèques d’ici à 2038, le ministre de l’Environnement Richard Brabec (ANO, Renew) et les ministres du parti de coalition junior des sociaux-démocrates (ČSSD, S&D) sont favorables à une élimination progressive en 2033, tandis que le ministre de la Santé Jan Blatný (indépendant) a demandé que l’élimination soit effectuée « le plus rapidement possible ».

Entretemps, le ministre des Affaires étrangères Tomáš Petříček (S&D) a critiqué les recommandations de la commission pour ne pas avoir traité de manière adéquate les impacts socio-économiques de la sortie du charbon.

Les organisations environnementales ont également condamné l’insuffisance de l’analyse des impacts sociaux, économiques et climatiques, soulignant que la commission du charbon avait fondé sa recommandation sur la très faible estimation des prix des quotas d’émission.

Inspirée de la commission allemande du charbon, la commission tchèque du charbon a été créée en 2019 et comprend des représentants des régions minières, des politiques, des entreprises énergétiques et des ONG. Ses recommandations ne sont pas contraignantes.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer