Le sommet de l’UE confie le sujet sensible de l’énergie aux ministres

Les dirigeants demanderont à la Commission européenne et aux États membres « d’envisager des mesures à moyen et long terme afin de garantir une énergie à un prix abordable pour les ménages et les entreprises ». [Copyright: European Union]

Les dirigeants de l’UE feront le point sur la « boîte à outils » de mesures proposées par la Commission européenne pour lutter contre la flambée des prix de l’énergie lorsqu’ils se réuniront à Bruxelles aujourd’hui (21 octobre). Ils laisseront toutefois les ministres de l’Énergie discuter des détails la semaine prochaine, selon un projet de conclusions du sommet consulté par EURACTIV.

Les chefs d’État et de gouvernement se réuniront à Bruxelles cet après-midi pour discuter de la hausse mondiale des prix de l’énergie, en se basant sur la « boîte à outils » de mesures à court et long terme présentée par la Commission la semaine dernière.

Ces mesures incluent une aide au revenu d’urgence pour les ménages, des aides d’État pour les entreprises et des réductions fiscales ciblées, qui ont déjà été mises en œuvre dans six pays (France, Grèce, Italie, Portugal, Slovénie et Espagne).

Les dirigeants demanderont à la Commission européenne et aux États membres de l’UE « d’envisager des mesures à moyen et long terme afin de garantir une énergie à un prix abordable pour les ménages et les entreprises » tout en soutenant la transition vers la neutralité climatique.

Ils demanderont également à la Banque européenne d’investissement « d’accélérer les investissements dans la transition énergétique » afin de diminuer la pression sur les prix de l’énergie.

Toutefois, les dirigeants européens n’adopteront pas de « conclusions » sur la question à ce stade. Ils se contenteront d’exhorter la Commission et les États membres à « utiliser au mieux cette  ‘boîte à outils’ »pour soulager à court terme les consommateurs.

« La ’boîte à outils’ présentée dans la communication de la Commission pour faire face à la flambée des prix de l’énergie contient des mesures pertinentes à la fois sur le court et le long terme », peut-on lire dans le projet de déclaration du sommet.

Les discussions plus approfondies seront confiées aux ministres de l’Énergie, qui se réuniront mardi (26 octobre) à Luxembourg pour une réunion extraordinaire du Conseil de l’énergie.

Les dirigeants transmettront la « patate chaude » aux ministres, a déclaré une source européenne à EURACTIV.

Les sujets ne manqueront pas lorsque les ministres se réuniront la semaine prochaine. Si les pays de l’UE ont des mix énergétiques différents, tous constatent une augmentation des prix.

Il s’agit d’un sujet « très conflictuel », selon la source européenne.

« Toute cette question de l’énergie est une situation très complexe, puisque les États membres ont des mix énergétiques différents, certains ont du gaz, du nucléaire, du charbon, d’autres sont plus durables », a expliqué la source.

« Il y a donc différentes approches, en fonction du type de réseau et d’interconnexion qui existe », a-t-elle ajouté.

Avant le sommet, la Pologne et la Hongrie ont rendu les politiques climatiques européennes responsables de la hausse des prix de l’énergie et ont appelé la Commission européenne à suspendre le marché du carbone de l’UE, le système d’échange de quotas d’émission (SEQE).

Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, est allé plus loin en qualifiant le SEQE de politique « stupide ».

« Le système d’échange de quotas d’émission doit être annulé ou suspendu. Le prix augmentera chaque jour si ce système stupide n’est pas supprimé », a-t-il déclaré.

La Russie accuse la politique environnementale de l’UE d’être responsable de la flambée des prix de l’énergie

Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré mercredi 13 octobre que la flambée actuelle des prix de l’énergie s’expliquait par la pénurie d’électricité due à l’utilisation accrue des énergies renouvelables.

Toutefois, les autres pays de l’UE devraient rejeter ces demandes. Nombre d’entre eux soulignent que le Pacte vert pour l’Europe est la solution à long terme à la crise actuelle.

« La flambée des prix de l’énergie témoigne de la nécessité d’être plus indépendant en matière d’énergie. Ll’investissement dans les énergies renouvelables est essentiel pour atteindre cet objectif, afin de réduire les prix et d’accroître les investissements dans ces secteurs », a déclaré une source européenne.

À l’approche de la COP26, les pays de l’UE souhaitent également montrer un front uni sur les politiques environnementales, notamment parce qu’elle incite d’autres pays comme la Chine et l’Inde à revoir leurs ambitions à la hausse.

La Russie pourrait également participer aux discussions entre les dirigeants européens. Le pays est l’un des principaux fournisseurs de gaz de l’Europe et certains se demandent s’il ne pourrait pas contribuer davantage à remédier aux problèmes de l’Europe.

« Certains disent que la Russie est également à l’origine du problème. D’autres disent que la Russie n’en est pas la cause », a déclaré une source européenne.

« Pour d’autres, la Russie n’a pas contribué à résoudre la crise, mais vous avez vu ce qu’a dit Vladimir Poutine. Aussi, je pense que le porte-parole du Kremlin a mentionné que la Russie serait prête à aider si on lui en faisait la demande. Je suppose que cela fera partie de la discussion », a ajouté la source.

Energie : l'UE dévoile ses recettes pour contrer la flambée des prix

Comment amortir l’impact social de la flambée des prix de l’énergie ? Bruxelles dévoile mercredi (13 octobre) un arsenal de mesures temporaires où pourront puiser les Vingt-Sept, et des pistes de réforme, mais refuse de sacrifier ses ambitions environnementales.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe