Les catastrophes naturelles ont coûté deux fois plus cher en 2016

Haïti, après le séisme de 2010. [euronews/Flickr]

L’année 2016 aura battu tous les records en matière d’indemnisations des sinistres d’origine naturelle ou technologique. La multiplication des ouragans et des feux de forêt dans des zones très couvertes explique en partie ce chiffre. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

L’année 2016 aura coûté cher aux assureurs: 175 milliards de dollars, selon le réassureur SwissRe, à comparer avec l’année précédente, où les catastrophes naturelles et techniques leur auront fait débourser quelque 94 milliards de dollars. Le nombre des victimes est en revanche plus modéré qu’en 2015, puisque ce sont 11.000 personnes qui auraient trouvé la mort l’an passé à cause des séismes, tempêtes, inondations et feux de forêt qui ont frappé de par le monde (contre 26.000 l’année précédente). En tout, ce sont 327 événements catastrophiques qui ont été dénombrés dans le monde, dont 191 catastrophes naturelles et 136 catastrophes techniques.

« Les catastrophes naturelles décuplent la pauvreté »

Les catastrophes naturelles plongent 26 millions de personnes dans la pauvreté chaque année, selon un nouveau rapport* de la Banque mondiale. L’organisme international propose de cibler la gestion du risque climatique sur les plus pauvres, pour une meilleure efficacité de …

Forte couverture assurantielle

Le réassureur pointe une hausse de 43% des dommages assurés, qui s’explique par le fait que certains des événements naturels ont touché des zones « à forte pénétration assurantielle », c’est-à-dire des régions dans lesquelles beaucoup de personnes avaient une couverture d’assurance en place, « qui leur a permis de se remettre plus facilement du choc d’une catastrophe, grâce notamment à un règlement rapide de leurs sinistres. » Et obliger les assurances à débourser davantage, notamment en direction des assurés européens et nord-américains.

Une tempête de grêle à 3 milliards de dollars

Comme les quatre années précédentes, c’est l’Asie qui a été la plus durement touchée, à la fois en termes de nombre d’événements catastrophiques (128) et de dommages économiques correspondants (avoisinant les 60 milliards de dollars). Le séisme qui a frappé l’île japonaise de Kyushu en avril a occasionné les dommages économiques les plus lourds, estimés entre 25 milliards de dollars et 30 milliards de dollars. L’événement le plus coûteux a été une tempête de grêle au Texas en avril, occasionnant pour 3,5 milliards de dollars de dommages économiques, dont 3 milliards de dollars étaient assurés, correspondant à un taux de couverture de grosso modo 86%.

Accord a minima sur les réductions des catastrophes naturelles

Les négociations internationales sur la réduction des risques naturels ont abouti à un accord décevant au Japon le 18 mars, malgré le drame de Vanuatu. Un mauvais signal pour les négociations climatiques.  

01logo_journal_de_l_environnement.jpg

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer