Les Français appelés à témoigner dans « l’Affaire du siècle » sur le climat

Les quatre ONG qui ont lancé cette initiative, pointant du doigt l’inaction de l’État en matière climatique, veulent construire une cartographie des impacts des changements climatiques du point de vue des Français. Un article de notre partenaire, la Tribune.

Un an après son lancement, l’initiative l’Affaire du siècle franchit un palier supplémentaire. Les associations Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France, qui le 17 décembre 2018 avaient annoncé leur volonté d’attaquer l’État français en justice pour inaction face à l’urgence climatique, lancent un appel à témoignages sur la réalité du changement climatique en France.

Bien que la pétition soutenant cette initiative ait obtenu en quelques semaines plus de 2 millions de signatures, et malgré le recours contre l’Etat déposé en mars par les quatre ONG devant le tribunal administratif de Paris, à ce jour « aucune réaction de l’État et aucune décision à la hauteur du défi climatique n’est constatée », dénoncent-elles dans un communiqué.

La justice climatique s'attaque au droit français

Plusieurs ONG envisagent de déposer en 2019 une requête devant le tribunal administratif de Paris. Mais le droit français risque de se montrer plus rigide que le droit anglo-saxon qui a déjà condamné plusieurs Etats sur le sujets.

Un retard de plus d’un tiers de siècle

Selon leurs estimations, « au rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre constaté depuis 2015, la France atteindrait les objectifs qu’elle s’est fixés qu’avec un retard de plus d’un tiers de siècle… »

L’objectif européen de réduire les gaz à effet de serre (GES) de 55 % en 2030, soutenu par Emmanuel Macron, ne serait en effet atteint en France qu’en 2059. Et la neutralité carbone à l’horizon 2050, consacrée par la loi énergie-climat votée en septembre 2019, ne serait obtenue qu’en 2093, précisent les associations.

Elles déplorent par ailleurs la décision de la France ne pas rehausser l’objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % avant 2030, ce qui non seulement ne permettra pas de respecter l’Accord de Paris, mais va également à l’encontre de l’engagement du gouvernement au niveau européen.

62 % des Français exposés fortement à des risques climatiques

En attendant le jugement sur le recours, qui ne sera sans doute pas prononcé avant 2021, 2020 sera donc l’année de la collecte de témoignages citoyens. L’objectif est de construire une cartographie des impacts des changements climatiques en France du point de vue des citoyens.

« En effet, selon l’ONERC (Observatoire national sur les effets du changement climatique), 62 % de la population française est exposée de manière forte ou très forte à des risques climatiques », souligne le communiqué de presse.

Les citoyens pourront s’exprimer sur les réseaux sociaux (#TémoinDuClimat) ou sur le site de l’Affaire du Siècle. Ils pourront partager leurs observations sur des phénomènes tels que la hausse des températures, la multiplication des événements climatiques extrêmes, l’érosion des côtes, etc., ainsi que sur les conséquences sur leur santé, leur logement, leurs revenus… Sous réserve de l’accord des témoins, l’Affaire du siècle compte aussi les utiliser dans la procédure judiciaire en cours, afin de corroborer ses reproches contre l’État.

L'accord médiocre de la COP25 déçoit le monde entier

16 jours de négociations n’ont pas suffi à trouver un terrain d’entente pour le principal sujet de discorde de l’accord de Paris : les marchés du carbone. Les parties ont finalement adopté un texte modeste qui déçoit tout le monde.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.