Les villes européennes doivent s’adapter au changement climatique, selon le commissaire européen chargé de l’environnement

Le commissaire Virginijus Sinkevičius s'exprime lors de la cérémonie de remise des prix des villes européennes vertes à Lahti, en Finlande. [Kira Taylor]

Les villes européennes doivent s’adapter à l’aggravation du réchauffement climatique, lequel entraîne une multiplication des inondations et des incendies sur le continent, selon le commissaire européen chargé de l’environnement.

« Cet été, l’Europe a connu des incendies et des inondations dévastateurs. Nos villes doivent se préparer à un avenir différent », a déclaré le commissaire Virginijus Sinkevičius. Il s’exprimait jeudi 9 septembre lors d’une cérémonie de remise du prix des villes européennes vertes organisée par la précédente lauréate, Lahti, en Finlande.

« La réponse doit être des villes plus vertes — des villes moins polluées, qui se soucient davantage du bien-être des citoyens », a-t-il ajouté, précisant que passer au vert signifie également renforcer la résilience.

L’événement des « villes européennes vertes » fait suite à un été marqué par des inondations et des incendies de forêt qui ont fait des ravages dans toute l’Europe. Le changement climatique va exacerber ces tendances météorologiques extrêmes, ce qui signifie que les villes devront s’adapter à des conditions météorologiques imprévisibles et réduire drastiquement leurs émissions, a déclaré M. Sinkevičius.

« Le changement climatique n’est pas une question d’opinion politique. C’est un fait scientifique », a déclaré la Première ministre finlandaise, Sanna Marin, qui s’est exprimée lors de l’événement. « Cependant, nous avons besoin de décisions politiques afin de nous assurer que les actions climatiques soient menées d’une manière socialement juste », a-t-elle ajouté.

Les mesures d’adaptation comprennent des mesures de prévention des inondations et la rénovation des bâtiments pour les rendre plus résistants aux températures extrêmes. Les changements requis varient selon les pays, mais les événements récents ont montré que le changement climatique constitue une menace pour les villes européennes.

La plantation d’arbres est un autre moyen de rendre les villes plus vertes. L’Europe vise à planter trois milliards d’arbres d’ici 2030 et doit trouver le bon mélange d’espèces dans les zones urbaines pour donner de l’ombre, de l’air frais et un abri aux habitants, selon M. Sinkevičius.

« Nous devons ramener la nature dans les villes. Et c’est pourquoi la stratégie pour la biodiversité appelle les villes européennes à élaborer des plans de verdissement urbain d’ici la fin de l’année », a-t-il déclaré.

Les trois quarts de la population européenne vivent dans des villes, qui jouent donc un rôle crucial tant dans la transition verte que dans la transition sociale vers des émissions nettes nulles. Les villes sont également cruciales pour atteindre les objectifs climatiques de l’Europe, puisque 80 % de la législation environnementale est mise en œuvre dans les villes, selon la Commission européenne.

Des leaders écologiques

Lors de la soirée de remise des prix, jeudi soir, Valongo, au Portugal, et Winterswijk, aux Pays-Bas, ont remporté conjointement le prix Green Leaf City 2022, qui est décerné aux villes de moins de 100 000 habitants. Elles ont toutes deux bénéficié d’un prix de 200 000 euros.

De son côté, Tallinn, la capitale de l’Estonie, a été choisie comme capitale verte européenne 2023 et s’est vu attribuer 600 000 euros. Elle succède à Grenoble, en France, qui sera la capitale verte l’année prochaine.

Le rôle de Tallinn sera de diriger un réseau de 19 villes européennes récemment lancé, visant à mettre en œuvre des objectifs de durabilité au niveau local tout en s’attaquant aux problèmes sociaux, tels que la pauvreté, l’inégalité entre les sexes et l’emploi.

La ville, dont l’histoire est marquée par des industries polluantes, a mis en œuvre plusieurs programmes, notamment en matière de réduction du bruit et de qualité de l’eau. Elle dispose également d’une stratégie à long terme visant à assurer un environnement sain et une utilisation durable des ressources naturelles d’ici 2030.

Tallinn suit les traces de Lahti, qui a remporté le titre pour 2021. La capitale estonienne a pour objectif d’être neutre en carbone d’ici 2025 et de parvenir à une économie entièrement circulaire d’ici 2050. Elle a mis en place une série de programmes, dont un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission pour les résidents, afin de stimuler la décarbonation de la ville.

Subscribe to our newsletters

Subscribe