L’UE impose des taxes sur les biocarburants indonésiens

epa0565651461 Un camion chargé de fruits de palmier récoltés dans une plantation à Deli Serdang, Sumatra Nord, Indonésie, 16 septembre 2016. EPA/DEDI SINUHAJI [EPA/DEDI SINUHAJI]

La Commission européenne a annoncé mardi sa décision d’imposer des droits de douane sur les biocarburants en provenance d’Indonésie, qu’elle estime subventionnés par des aides d’Etat.

La nouvelle réglementation, publiée au Journal officiel, impose des taxes de 8 % à 18 % sur les importations de biocarburants subventionnés, est-il expliqué dans un communiqué.

« Une enquête poussée de la Commission a mis en lumière que les producteurs de biocarburants indonésiens bénéficient de subventions, d’avantages fiscaux et d’accès à des matières premières à des prix inférieurs à ceux du marché. Cela fait peser une menace de préjudice économique sur les producteurs de l’UE », souligne la Commission.

L’exécutif européen précise que ces droits compensatoires sont provisoires et que ses investigations se poursuivent, avec la possibilité d’imposer des mesures définitives d’ici la mi-décembre.

Elle indique également que son enquête ne se limite pas au marché de l’huile de palme, principale source pour les biocarburants d’Indonésie, mais à toute aide publique, quelle que soit la matière première utilisée.

Selon les chiffres de la Commission, le marché européen du biocarburant pèse 9 milliards d’euros par an, et les importations en provenance d’Indonésie représentent jusqu’à 400 millions d’euros.

Bruxelles confirme la non-durabilité de l’huile de palme

Après consultation publique, la Commission classera bien les biocarburants à l’huile de palme comme non durables. Il demeure certes de possibles échappatoires, moins flagrants que dans la version initiale. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Cette mesure a été immédiatement saluée par l’EBB, l’Association des producteurs de biodiesel européens, qui avait porté l’affaire devant la Commission.

« C’est un pas important dans la bonne direction pour mettre un terme au commerce inéquitable de biocarburants au niveau international », s’est félicité Raffello Garofalo, secrétaire général de l’EBB, dans un communiqué.

« Ceci n’est pas le début d’une guerre commerciale entre l’UE et l’Indonésie, comme certains le disent: les taxes viennent simplement mettre fin à des pratiques déloyales qui font du mal à l’industrie manufacturière de l’UE en général, et aux producteurs d’énergies renouvelables en particulier », a-t-il ajouté.

En fin de semaine dernière, le ministre du Commerce de l’Indonésie avait menacé d’augmenter les taxes douanières sur les importations de produits laitiers européens en représailles à la volonté de l’UE de taxer davantage le biodiesel fabriqué à base d’huile de palme.

La proposition de taxation supplémentaire sur le biodiesel indonésien représentait selon lui un « traitement inéquitable ».

L’Indonésie et la Malaisie, qui produisent quelque 85 % de l’huile de palme mondiale, protestent régulièrement contre la politique européenne à l’égard de l’huile de palme. Les deux pays d’Asie du Sud-Est se sont montrés très critiques récemment après la publication d’un texte réglementaire classant au sein de l’UE l’huile de palme dans les biocarburants non durables.

Bruxelles condamne l'huile de palme mais absout le soja

Dans une décision très attendue, la Commission européenne a classifié l’huile de palme comme un biocarburant non durable, mais a épargné les petits producteurs et le soja.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.