Merkel s’oppose à l’ambition climatique de l’UE

epa06974059 Angela Merkel sourit lors de la 20e journée porte ouverte du gouvernement fédéral allemand à Brelin, en Allemagne, le 26 août 2018. EPA-EFE/FILIP SINGER [EPA-EFE/FILIP SINGER]

Angela Merkel s’est exprimée contre des objectifs climatiques plus ambitieux lors d’une émission télévisée. Elle soutient néanmoins l’idée d’une transition vers des transports propres.

« Je pense que nous devrions garder les objectifs que nous nous sommes déjà fixés. Je ne pense pas qu’il soit logique de changer tout le temps d’objectifs », a déclaré la chancelière allemande lors d’un entretien à la télévision publique ARD le 26 août.

L’Allemagne est l’économie la plus puissante de l’UE et son industrie, en particulier le secteur automobile, a été parmi les plus lentes à engager une transition énergétique.

Le mois dernier, Miguel Arias Cañete, commissaire au climat, a indiqué qu’il envisageait de faire passer de 40 à 45 % l’objectif de réduction des émissions de CO2 d’ici 2030, face à un changement climatique de plus en plus rapide.

« Je ne suis pas particulièrement heureuse de cette nouvelle proposition », a tranché Angela Merkel, qui a insisté sur la décarbonisation du secteur des transports.

« Nous avons besoin d’une Verkehrswende [transition des transports), c’est très clair », a-t-elle expliqué, ajoutant que de nouvelles formes de mobilité doivent être graduellement introduites. « L’électromobilité va se généraliser très rapidement », a-t-elle dit, citant les chiffres de vente des voitures électriques, qui peinent jusqu’ici à décoller en Allemagne.

La future politique énergie-climat allemande se dessine

Présenté mercredi 7 février, l’accord de coalition entre les conservateurs et sociaux-démocrates allemands fixe les grandes lignes d’une politique énergétique relativement ambitieuse. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement.

La chancelière a souligné la responsabilité de l’Allemagne dans la protection du climat. L’accumulation d’événements météorologiques extrêmes et l’augmentation des températures au cours des étés passés a montré que le changement climatique a lieu « également chez nous, et pas seulement dans les pays éloignés d’Afrique ou d’ailleurs ».

L’organisation environnementale Greenpeace a vivement critiqué la position de la chancelière sur la politique climatique. Au lieu de prendre la tête de la protection du climat en Europe et de soutenir l’élimination progressive du charbon en Allemagne, elle a maintenant l’intention de bloquer les objectifs climatiques au niveau de l’UE, a critiqué l’ONG.

Angela Merkel admet maintenant qu’« elle est elle-même devenue le plus grand obstacle à une politique climatique plus ambitieuse de l’UE », a déclaré Greenpeace. « Cela révèle son échec en matière de politique climatique. »

En Allemagne, les renouvelables prennent le pas sur le charbon

Les sources d’énergie renouvelables ont davantage satisfait la demande allemande en électricité que le charbon durant la première moitié de 2018.

Subscribe to our newsletters

Subscribe