Canete veut laisser des objectifs climatiques ambitieux en héritage

« Nous laisserons l’Union européenne avec une vision pour l’avenir », a déclaré le commissaire, à notre partenaire, Climate Home News, alors qu’il s’apprête à lutter pour un objectif zéro émission de l’UE en 2050.

Cet été, Miguel Arias Cañete a discrètement contourné une impasse en matière de politique climatique de l’UE grâce à une équation mathématique simple : les nouveaux objectifs rehaussés en matière d’énergie propre signifient que l’Union fera inévitablement des réductions d’émissions plus importantes, quel que soit l’objectif sur le papier. Certains y ont vu un coup de génie politique.

Pris entre la pression internationale pour accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et la résistance de plusieurs États membres de l’UE, le commissaire chargé de l’action climatique et de l’énergie a déclaré au monde que l’Europe était désormais en passe de dépasser, « de facto », son propre engagement dans le cadre de l’accord de Paris.

Cela, ainsi que la stratégie sur le climat pour 2050 que la Commission européenne a proposée le 28 novembre, couronnera un mandat de cinq ans qui a fixé la trajectoire climatique et énergétique de l’Europe sur des milliers de pages de nouvelle législation.

La Commission propose un objectif zéro émission de CO2 en 2050

La Commission européenne dévoile le 28 novembre son plan très attendu pour « une Europe zéro émission ». Les capitales européennes n’y sont pas toutes favorables.

Les nouveaux commissaires prendront le relais à la fin de l’année prochaine mais avant de leur laisser les rênes, Miguel Arias Cañete espère qu’un dernier coup de pouce convaincra les décideurs politiques de mettre le cap sur l’élimination totale des émissions de  gaz à effet de serre d’ici le milieu du siècle, à partir de l’objectif actuel de 60 %, a-t-il dit le 28 novembre à Climate Home News.

« La boucle est bouclée, et nous allons maintenant laisser l’Union européenne avec une vision pour l’avenir afin d’ouvrir une grande discussion entre les États membres, les parlementaires, les parties prenantes, les citoyens, les ONG, sur ce que sera le prochain degré d’ambition, » a-t-il déclaré. « Nous savons maintenant vers où nous devons nous diriger, et c’est maintenant à la prochaine commission, au prochain Parlement et au prochain conseil de décider jusqu’où ils veulent aller. »

Reste à savoir si ces ultimes efforts permettront à l’Europe d’aligner ses politiques sur l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, plutôt qu’à 2°C.

La stratégie sur le climat établira huit scénarios pour les émissions de gaz à effet de serre d’ici le milieu du siècle, ce qui entraînera des réductions de 80 %, 90 % ou de zéro net par rapport à 1990.

Ce sont les États membres qui choisiront quel scénario adopter, mais la Commission indiquera clairement la voie qu’elle préfère, en exhortant les dirigeants de l’UE à choisir le scénario zéro émission lorsqu’ils commenceront à en discuter l’année prochaine. Ensuite, pense la Commission, l’Union sera contrainte de revoir l’ensemble de ses politiques climatiques et énergétiques et de les renforcer.

« Si cela est approuvé par les dirigeants, et qu’ils acceptent de viser le net-zéro d’ici à 2050, il faut commencer à tracer cette voie », a déclaré un diplomate européen qui travaille étroitement avec Miguel Arias Cañete. « Qu’est-ce que cela signifie en pratique ? Les objectifs devront être revus à la hausse. »

L’homme politique conservateur qui a fait l’objet de vives critiques lors de sa nomination en 2014, notamment pour avoir détenu des actions dans deux compagnies pétrolières alors qu’il était ministre espagnol de l’Agriculture et de l’Environnement, laisserait finalement un héritage largement positif.

Miguel Arias Cañete a surpris de nombreux écologistes avec un mélange d’enthousiasme, d’ouverture et d’endurance face à des négociations difficiles – même si les propositions de la Commission n’ont souvent pas répondu aux demandes des Verts.

« C’est l’histoire classique de la chenille qui devient papillon, parce qu’au-delà de son expérience, il était à l’écoute », a déclaré Sanjeev Kumar, fondateur du groupe de réflexion Change Partnership sur le climat à Bruxelles.

Miguel Arias Cañete est devenu particulièrement célèbre sur la scène internationale. Il a fait de l’UE un acteur clé dans la conclusion de l’accord de Paris de 2015 en travaillant en étroite collaboration avec ses homologues des États-Unis, de la Chine et des pays en développement vulnérables.

Il a convaincu les États membres de l’UE de ratifier Paris en bloc à la fin de 2016, avant même que les parlements nationaux ne l’aient fait. Cela a permis à l’accord d’entrer en vigueur des années avant la date prévue, ce qui a contribué à donner un élan initial à l’accord.

Selon une source diplomatique de l’UE, son « coup » soigneusement exécuté a nécessité de multiples appels téléphoniques quotidiens avec la France, l’Allemagne, la Pologne, le Royaume-Uni et d’autres membres. « Il a réussi à leur faire comprendre ce qui était en jeu ici : à cause de craintes liées à la souveraineté, nous pourrions manquer l’une des plus grandes occasions de crédit, de leadership et de reconnaissance. Et c’est comme ça qu’on a réussi. »

Miguel Arias Cañete est ensuite intervenu, aux côtés de la Chine et du Canada, pour tenter de combler le vide laissé par l’annonce du président américain Donald Trump de son intention de se retirer de l’accord de Paris. Mais ça n’a pas toujours été un succès. Une déclaration très attendue de l’UE et de la Chine sur le développement de technologies propres et le financement de la lutte contre le changement climatique pour les pays pauvres a été bloquée par une dispute commerciale plus large le lendemain de l’annonce faite par Trump en juin 2017. Le texte a été adopté un an plus tard.

Alors que les pays se préparent à se réunir à Katowice, en Pologne, la semaine prochaine, la capacité de l’UE à diriger la diplomatie climatique mondiale sera testée. Les tensions entre la Chine, ses alliés et le monde développé menacent de faire dérailler les négociations. Toute l’expérience de Miguel Arias Cañete en matière de création de liens et de diplomatie au cours des cinq dernières années sera nécessaire pour combler ce fossé.

Pendant que Miguel Arias Cañete essaye de montrer la voie sur la scène mondiale, l’UE reste divisée sur le changement climatique, luttant pour se mettre d’accord sur l’augmentation de ses propres objectifs d’émissions et la réduction plus rapide des combustibles fossiles.

Les propositions de la Commission cherchent généralement à trouver un équilibre entre un Parlement européen plus ambitieux et des pays qui cherchent à protéger leurs grandes industries polluantes, notamment dans les États membres d’Europe de l’Est et du centre. L’UE a toutefois accepté d’augmenter ses objectifs en matière d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique pour 2030 cette année. C’est avec cet accord que Miguel Arias Cañete a déclaré que l’UE pouvait maintenant aller au-delà de son engagement de Paris en matière de réduction des émissions.

L’Espagne vise les 100% d'énergies renouvelables en 2050

Le gouvernement espagnol vient de publier un nouveau plan pour le climat qui voit loin. Il cible l’objectif de 100 % de renouvelables d’ici 2050.

 

« J’ai pensé qu’il était bon de dire aux États membres, aux parlementaires, qu’avec l’ambition qu’ils ont tous deux acceptée, nous dépassions nos objectifs », a-t-il affirmé. « C’était une évidence, mais certaines personnes ne comprennent pas l’évidence. »

Toutefois, ses détracteurs y ont vu une occasion manquée de pousser les pays plus loin. La chancelière allemande Angela Merkel a en fait riposté quelques semaines plus tard, déclarant que l’UE devrait atteindre les objectifs existants avant d’en fixer de nouveaux.

« S’il était sérieux, il aurait immédiatement dit : cela signifie que nous devons également ajuster nos politiques », a déclaré le député européen Bas Eickhout, qui a représenté les Verts dans un certain nombre de négociations sur le climat et les énergies propres. « Ce qu’il faisait, c’était énoncer un fait sans ses conséquences politiques. »

Les écologistes sont tout aussi circonspects quant à la stratégie climatique dévoilée le 28 novembre.

Selon le Climate Action Network Europe, l’objectif zéro émission n’est pas à la hauteur de ce que l’on attend de l’Europe si l’on veut que le monde atteigne l’objectif de 1,5°C. Et les scénarios ne commenceraient pas avant 2030, ce qui signifie que l’engagement actuel de Paris (qui couvre les 12 prochaines années) resterait inchangé, explique Bas Eickhout.

Cela pourrait mettre l’UE dans une position inconfortable sur la scène internationale l’année prochaine.

L’accord de Paris exige des pays qu’ils révisent leurs objectifs pour 2030 d’ici 2020, mais le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, les encourage à le faire lors du sommet qu’il accueillera en septembre prochain. En tant que troisième émetteur mondial après les États-Unis et la Chine, et en tant que bloc régional développé le plus dominant après la marche arrière des États-Unis, l’Europe sera à l’honneur pour montrer quelque chose de nouveau.

« Ils devront être pertinents, sinon ils seront hors-jeu », a déclaré un négociateur du climat d’un petit État insulaire. « Ils placent beaucoup d’espoir dans la stratégie 2050. Même si elle est bienvenue, elle n’aura d’impact que si elle est liée à la prise de décision à court terme. »

Miguel Arias Cañete a toutefois souligné que les politiques de l’UE pour 2030 incluaient toutes des clauses de révision pour 2023 ou 2024, ce qui donne aux décideurs politiques la possibilité de continuer à les accélérer plutôt que de prendre 27 mois pour adopter une nouvelle législation.

« S’il n’y a pas la législation, un objectif n’a pas de sens car vous n’avez pas les outils », a soutenu le commissaire. « Aujourd’hui, nous avons les outils pour parvenir à une réduction des émissions de 60 % en 2050. Ce que la commission dit, c’est que nous devons être climatiquement neutres et que nous avons besoin d’outils supplémentaires. Les États membres ont la possibilité d’utiliser la clause de révision ou de mettre en place des politiques supplémentaires. »

Après 3 ans de stagnation, les émissions de CO2 repartent à la hausse

Les chances de limiter la hausse des températures à +1,5° sont de plus en plus minces : la trajectoire actuelle mène vers une planète réchauffée de 3,2° en 2100.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe