Nouveau cycle de négociations climatiques à Bonn

Une bonne nouvelle pour la transition énergétique. [giSpate/Shutterstock]

Bonn accueille du 30 avril au 10 mai une réunion de préparation de la COP 24 de Katowice (Pologne). Deux sujets majeurs seront abordés : l’accélération des actions climatiques des États et la rédaction du mode d’emploi de l’Accord de Paris. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Six mois après que les derniers feux de la COP 23 se sont éteints, Bonn accueille de nouveau les diplomates du climat. Cette fois, il ne s’agit pas d’une COP, mais d’une session de négociation intermédiaire entre deux sommets annuels. Comme d’habitude, le programme est des plus chargés.

Les délégués devront notamment préparer la COP du mois de décembre prochain (24 COP), mais aussi celle de 2020 (26 COP), au cours de laquelle l’ONU établira un bilan de la mise en œuvre des politiques climatiques nationales : les contributions déterminées au niveau national (CDN, NDC en anglais).

Qualité de l’information

Pour ce faire, les experts doivent d’abord s’accorder sur un certain nombre de sujets : la qualité de l’information qui sera délivrée dans ces comptes rendus (comparabilité des données, transparence), la comptabilisation des émissions, les résultats des efforts réalisés, le calendrier de mise en œuvre des NDC, le volume de l’aide financière qui sera accordée par les pays riches aux plus démunis (les fameux 100 milliards de dollars par an -83 Md€ , à partir de 2020).

Renforcement des engagements

Autant de sujets techniques et politiques sur lesquels les négociateurs doivent s’entendre dans les prochains mois pour que les 196 États signataires de l’Accord de Paris renforcent leurs engagements climatiques, d’abord en 2020, puis à un rythme quinquennal. Ce renforcement est vital. Car la mise en œuvre des NDC actuelles nous mène à un réchauffement d’au moins 3 °C, estime l’ONU Environnement. Soit 1 °C à 1,5 °C de plus que l’objectif fixé par l’Accord de Paris.

Accord de Paris

L’Accord de Paris, il en sera aussi beaucoup question dans les salles de conférence de l’ancienne capitale ouest-allemande. Et notamment de sa mise en œuvre. Initiée lors de la COP 23, la rédaction de ses règles d’application est loin d’être achevée. Pour le moment, notent les observateurs, le document en lice n’est qu’une compilation des positions des différents groupes d’États. On est loin d’un brouillon pouvant servir de base à la discussion finale. Laquelle doit aboutir, en principe, à Katowice en décembre prochain.

La Pologne tempère l’optimisme à l’approche de la COP24

La Pologne accueille en décembre la COP 24, qui se concentrera sur le « bon sens ». Pourtant après le limogeage de son ministre de l’Environnement, le mois dernier, il n’y a plus de pilote dans l’avion. Un article de notre partenaire, WysokieNapiecie.pl.

Projet de rulebooks

Cette quinzaine pourrait accoucher d’un projet de rulebooks (manuel, règlement, NDLR). Un document indispensable, tant pour les États (comment se conformer à des règles non écrites ?) que pour les entreprises (comment utiliser les mécanismes de l’Accord de Paris sans mode d’emploi ?). Pour mémoire, il avait fallu quatre ans pour rédiger le mode d’emploi du protocole de Kyoto, infiniment moins ambitieux que l’accord conclu à l’issue de la COP 21.

C’est officiellement à Bonn que sera lancé le désormais fameux Dialogue de Talanoa. Derrière cette désignation fidjienne de l’ancien « dialogue de facilitation » se cache l’état des lieux des NDC et les moyens que pourraient se donner les États pour renforcer leurs politiques climatiques avant 2020. Un sujet sur lequel les Européens sont plutôt en pointe.

Sept pays européens veulent relever l'ambition climatique de l’UE

Réunis à Paris le 25 avril, les ministres de l’Écologie de six pays européens ont appelé à rehausser l’ambition climatique de l’Union européenne.

 

 

 

Ripolinage

Le Conseil européen de mars dernier a demandé à la Commission de ripoliner sa stratégie climatique pour 2050 dans les mois qui viennent. La semaine passée, six États membres (dont la France) et l’exécutif communautaire ont appelé à un renforcement de l’action climatique des 26 pour 2030. Le 20 avril, les chefs d’État et de gouvernement des pays du Commonwealth britannique confirmaient leurs engagements d’atteindre les objectifs assignés par l’Accord de Paris. Message reçu cinq sur cinq par Londres qui a déjà engagé la révision de sa NDC. La prochaine mouture prendra en compte les conclusions du prochain rapport spécial du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), à paraître début octobre.

Dialogue de Talano

Présidé par le gouvernement fidjien, le Dialogue de Talanoa sera dynamisé lors du Dialogue climatique de Petersberg (Allemagne, Hesse), en juin, et probablement à l’occasion du sommet sur l’action climatique de San Francisco, en septembre. Il doit en principe s’achever à Katowice, par la publication d’un rapport présentant les efforts supplémentaires qu’entendent accomplir les États. Comme un début d’accélération ?

La France aide les îles Fidji à rédiger leur contribution COP21

Les pays les plus pauvres vont bénéficier d’une aide financière de plusieurs donateurs, dont la France. L’UE songe à inciter les autres Etats membres à faire de même pour élaborer les projets de réduction d’émissions de gaz à effet de serre à l’approche de Paris Climat 2015.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER