Plan climat européen : les plus modestes « ne paieront pas » la transition écologique, dit Le Maire

« Nous ne ferons pas payer aux ménages modestes le coût de la transition écologique », a déclaré M. Le Maire, en rappelant l’expérience française de la vague de contestation des « gilets jaunes », lors d’un point presse conjoint avec son homologue allemand Peter Altmaier à Paris. [EPA-EFE/IAN LANGSDON]

Les ménages modestes « ne paieront pas le coût de la transition écologique », a assuré mercredi (21 juillet) le ministre de l’Économie français Bruno Le Maire, quelques jours après la présentation par Bruxelles de son vaste plan climat.

« Nous ne ferons pas payer aux ménages modestes le coût de la transition écologique », a déclaré M. Le Maire, en rappelant l’expérience française de la vague de contestation des « gilets jaunes », lors d’un point presse conjoint avec son homologue allemand Peter Altmaier à Paris.

Interrogé sur les négociations qui vont s’ouvrir à Bruxelles, Bruno Le Maire a dit « soutenir l’ambition » de la Commission européenne en matière de protection du climat. « Mais nous mettons deux alertes très claires », a-t-il ajouté.

La première concerne les catégories les plus modestes, qui risquent d’être affectées selon le ministre par l’élargissement du marché du carbone européen (le SEQE, système d’échange de quotas d’émissions de l’UE, ou ETS selon l’acronyme anglais) au transport routier et au chauffage des bâtiments.

D’autre part, le ministre a soutenu qu’il fallait accompagner « les secteurs industriels qui sont les plus touchés par cette accélération de la transition », via « un fond de transition, sur lequel nous sommes prêts à travailler avec la Commission européenne ».

La Commission européenne a présenté le 14 juillet sa feuille de route, une série de propositions sur l’énergie en vue d’atteindre l’objectif de réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre de l’UE en 2030 par rapport à 1990.

Loi climat : les principaux points à retenir en matière d’agriculture et d’alimentation

Réduction des engrais émetteurs de gaz à effet de serre, menus végétariens à l’école, souveraineté alimentaire : la loi climat adoptée ce mardi (20 juillet) par l’Assemblée nationale et le Sénat vise à rendre l’agriculture et l’alimentation françaises plus durables.

Subscribe to our newsletters

Subscribe