Pour l’UE, la COP26 maintient « en vie les objectifs de l’accord de Paris »

« Nous avons progressé dans la réalisation des trois objectifs que nous nous étions fixés au début de la COP26 », a indiqué la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, citée dans un communiqué. [ROBERT PERRY/EPA]

La Commission européenne a estimé que le « Pacte de Glasgow » adopté samedi 13 novembre par les 200 pays de la COP26 avait « maintenu en vie les objectifs de l’accord de Paris ».

« Nous avons progressé dans la réalisation des trois objectifs que nous nous étions fixés au début de la COP26 », a indiqué la présidente de la Commission Ursula von der Leyen, citée dans un communiqué.

« Premièrement, obtenir des engagements de réduction des émissions afin de ne pas dépasser la limite de 1,5°C de réchauffement de la planète. Deuxièmement, atteindre l’objectif de 100 milliards de dollars par an de financement climatique pour les pays en développement et vulnérables. Et enfin, obtenir un accord sur le ‘manuel d’utilisation’ de l’accord de Paris », a-t-elle détaillé.

« Cela nous rend confiants sur le fait que nous pouvons offrir à l’humanité un espace sûr et prospère sur cette planète. Mais il n’y aura pas de temps à perdre: un travail difficile nous attend encore », a ajouté la cheffe de l’exécutif européen.

De son côté, le vice-président de la Commission Frans Timmermans, en charge du « Pacte Vert » européen et négociateur pour l’UE à Glasgow, a estimé que le compromis trouvé « reflète un équilibre entre les intérêts de toutes les parties et nous permet d’agir avec l’urgence qui est essentielle pour notre survie ».

« C’est un texte qui peut apporter de l’espoir dans le coeur de nos enfants et petits-enfants. C’est un texte qui maintient en vie l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement de la planète à 1,5°C. C’est un texte qui reconnaît les besoins des pays en développement en matière de financement climatique et qui définit un processus pour répondre à ces besoins », a-t-il dit.

La pollution de l'air fait encore plus de 300 000 décès par an dans l'UE

La pollution aux particules fines a provoqué 307 000 décès prématurés dans l’Union européenne en 2019, un chiffre qui reste alarmant mais a diminué de plus de 10% en un an, selon un rapport de l’Agence européenne de l’environnement publié lundi.

Subscribe to our newsletters

Subscribe