Voitures : vers une baisse de 70 % des émissions de GES en 2030 ?

« Il y a une large majorité de constructeurs qui a déjà un plan zéro émission entre 2030 et 2032 » observe Pascal Canfin, le président de la commission ENVI du Parlement européen. [Sopotnicki / Shutterstock]

Mercredi 11 mai, la commission Environnement (ENVI) du Parlement européen votera sa position sur les normes CO2 contraignantes pour les constructeurs automobiles. Elles pourraient mener à une réduction des gaz à effet de serre de -70 % d’ici 2030.

La position de la commission ENVI qui doit être votée porte sur les normes de performance des véhicules en matière d’émission de gaz à effet de serre. Elles vont contraindre les constructeurs à émettre moins de CO2 et, par effet collatéral, à produire de plus en plus de véhicules électriques.

La trajectoire qui leur sera proposée sera progressive ; et selon le vote de mercredi, elle sera plus ou moins rapide. La vitesse de cette trajectoire, ainsi que la date de fin des ventes des véhicules thermiques, seront les deux principaux sujets en débat.

Lors d’un point presse organisé lundi 9 mai, Pascal Canfin, le président de la commission ENVI, a indiqué que, sur la date de fin, le sujet est « régulièrement réouvert, essentiellement par le PPE [Parti Populaire Européen, centre-droit] qui considère qu’il ne doit pas y avoir de fin du moteur thermique en 2035 ».

Concernant la vitesse à laquelle le seuil du zéro émission doit être atteint, une proposition sera faite pour viser les -70 % d’émissions en 2030. 

Pour rappel, la Commission européennes a fixé à -55 % l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030 et à 100 % en 2050. C’est dire l’ambition de cette proposition si elle est validée en ENVI. 

Le PPE sur une ligne « extrêmement dure »

Un vote en faveur d’une trajectoire ambitieuse est-il envisageable ? Chez ENVI, « il y a une majorité progressiste, qui va de Left à Renew, plus quelques membres du PPE qui ne soutiendraient pas une ligne PPE trop conservatrice » estime Pascal Canfin. « Cette majorité est étroite, de 2 à 3 voix maximum, mais elle existe. »

Le vote s’annonce serré. Face aux « progressistes », le PPE pourrait adopter une position bien moins contraignante pour les constructeurs. Pascal Canfin évoque une « impossibilité de négocier » avec le PPE dont la ligne est « extrêmement dure » et « remet profondément en cause la neutralité climat ». 

La position du PPE « n’est pas basée sur une réalité industrielle » explique Pascal Canfin, mais sur « une pure position idéologique consistant à dire “on ne veut pas la fin du moteur thermique” ». Invité par EURACTIV à s’exprimer sur le sujet, le groupe PPE n’a pour l’instant pas répondu à nos sollicitations.

Chez les constructeurs, on anticipe déjà les futures normes de l’UE. Sur le marché européen, d’ici 2030, Stellantis a ainsi annoncé que son offre serait 100 % zéro émission. Volkswagen vise de son côté à ce qu’au moins 70 % de toutes ses ventes unitaires soient des véhicules électriques à cette date.

« Il y a une large majorité de constructeurs qui a déjà un plan zéro émission entre 2030 et 2032 » observe Pascal Canfin, qui ajoute : « Il y a de vraies marges de manœuvre, réalistes sur le plan industriel, pour aller au-delà des -55 % de la Commission ».

Suite au vote en commission ENVI, un vote se tiendra en session plénière du Parlement en juin prochain. Selon Pascal Canfin, « il est possible qu’on s’oriente en plénière vers quelque chose d’intermédiaire » entre les 70 % de réduction des émissions proposés en ENVI et les 55 % de la Commission européenne.

Une marge de 15 points qui pourrait influer sur l’avenir de la lutte contre le réchauffement climatique.

Sans matières premières, il n’y aura pas de transition écologique et numérique

La transition de l’Europe vers une société durable et numérique n’est possible que si l’on adopte une approche stratégique sur les matières premières nécessaires à la fabrication des puces, des véhicules électriques et des technologies d’énergie renouvelable.

[Edité par Frédéric Simon]

Subscribe to our newsletters

Subscribe