Le lien mortifère entre pollution et COVID-19 : un tournant pour la région méditerranéenne

DISCLAIMER: Toutes les opinions affichées dans cette colonne reflètent l'avis de l'auteur, pas celle d'EURACTIV.COM Ltd.

Le parc éolien de Tafila, en Jordanie. [Flickr/Union for the Mediterranean]

Il existe plus qu’un simple lien entre le virus et la pollution, tout aussi omniprésente. Au-delà des innombrables décès causés par les deux, des leçons claires peuvent être tirées de cette crise et servir de guide pour l’avenir.

Les deux auteurs sont Grammenos Mastrojeni, diplomate italien secrétaire général adjoint de l’Union pour la Méditerranée  depuis septembre 2019, et Leonardo Becchetti, professeur d’économie.

Les pandémies mondiales et la pollution peuvent se déplacer selon des schémas établis, mais ils ne peuvent pas être contenus par des frontières. Dans ce contexte, une réponse internationale commune doit être proposée et toute nation laissée pour compte devient un potentiel maillon faible pour le bien commun. C’est pourquoi nous saluons le « Green Deal » de l’Union européenne, pour sa portée et son ambition. La zone euro-méditerranéenne, avec ses propres défis en matière de santé et d’environnement, doit suivre un modèle tout aussi complet, sans jamais oublier l’asymétrie qui existe dans la répartition des ressources et qui nécessitera différents engagements de la part de tous les acteurs concernés.

À l’image des professionnels de la santé qui mènent la lutte contre le COVID-19 et les experts en épidémiologie qui influencent les prises de décision, cette pandémie doit représenter une nouvelle norme. L’exposition à long terme aux particules causées par la pollution, à savoir les PM10 et les PM2, 5, entraîne des conséquences néfastes sur les citoyens souffrant de maladies respiratoires. Il a été prouvé que le COVID-19 place justement ces patients dans l’un des groupes les plus à risque. Des premières preuves basées sur 3 000 cas enregistrés dans toute l’Italie ont permis d’établir une corrélation significative entre l’exposition à long terme aux particules et la propagation des contagions et des décès dus au COVID-19.

Le coût de l’inaction climatique comparable à celui d’une pandémie annuelle

Selon une étude chinoise, le coût de l’inaction climatique est six à dix fois supérieur à celui de la stabilisation du réchauffement imposée par l’Accord de Paris. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement.

La Méditerranée ne fait pas exception et la nécessité d’une approche régionale est essentielle. Aujourd’hui, l’Union pour la Méditerranée offre l’espace nécessaire pour convenir des priorités environnementales régionales les plus urgentes, puis pour agir en conséquence.

Se réchauffant 20 % plus vite que la moyenne mondiale, selon le tout premier rapport scientifique sur l’impact du changement climatique dans la région, élaboré par MedECC avec le soutien de l’UpM, la région euro-méditerranéenne est également devenue l’un des épicentres de l’épidémie de COVID-19. Pour créer des sociétés résilientes, nous devons obtenir un soutien financier important pour les investissements verts, en commençant par les zones les plus gravement touchées et qui souvent abritent de manière disproportionnée les communautés les moins riches.

On estime que la pollution de l’air est à l’origine d’environ 7,2 millions de décès par an, dont 1,6 million dus à une pneumonie. Mais ces chiffres reflètent également un autre lien cruel : environ 90 % des décès liés à la pollution se produisent dans des régions à revenus faibles ou moyens. Tout comme le COVID-19 nous a rappelé que notre région ne sera aussi forte que nos citoyens les plus vulnérables, nos résolutions à lutter contre la pollution doivent suivre la même tendance.

La corruption dans le secteur de la santé inquiète le Conseil de l'Europe

L’organe du Conseil de l’Europe chargé de la prévention de la corruption met en garde contre les risques de corruption accrus générés par l’épidémie de Covid-19 dans le secteur de la santé, appelant les Etats à un maximum de transparence.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.