Bruxelles annonce des mesures de rétorsion sur les produits américains

Le jus d’orange, le bourbon, les jeans et les motos américaines seront visés par des droits de douanes à compter de début juillet. Un article de notre partenaire La Tribune.

La riposte européenne passe à la vitesse supérieure. Après le dépôt de plainte contre le l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l’Union européenne a annoncé ce mercredi 6 juin qu’elle allait appliquer des mesures de rétorsion contre certains produits américains à partir du premier juillet. La commissaire européenne en charge du commerce Cecilia Malmström, a ainsi déclaré :

« C’est une réponse mesurée et proportionnée à la décision unilatérale et illégale prise par les États-Unis d’imposer des droits de douane sur les exportations européennes d’acier et d’aluminium. Nous regrettons que les États-Unis ne nous aient laissé d’autre choix que de protéger les intérêts de l’UE. »

Taxes supplémentaires de 25 %

Concrètement, la Commission européenne veut proposer aux États membres de l’Union européenne des taxes additionnelles à hauteur de 25 % sur une liste de produits fabriqués aux États-Unis. Cette liste a été au préalable soumise à l’OMC en prévision de la décision européenne. Les dommages causés par les mesures américaines sont évalués à 6,4 milliards d’euros d’exportations européennes.

L’Union européenne veut donc rapidement appliquer des droits de rééquilibrage évalués à 2,8 milliards d’euros sur les produits américains. Le reste du rééquilibrage, estimé à 3,6 milliards d’euros, devait avoir lieu à partir de 2021, « ou plus tôt, en cas d’accord trouvé dans le cadre du règlement des différends de l’OMC », précise le communiqué de la Commission européenne. La hausse des droits de douane pour les produits importés des États-Unis illustre une volonté de l’Union européenne de renforcer son arsenal face à la montée en puissance du protectionnisme outre-Atlantique.

Un accord entre les membres de l’UE

Les États membres doivent désormais se mettre d’accord sur la liste de produits à taxer. Jusqu’à présent, l’Allemagne, qui avait beaucoup à perdre dans cette guerre commerciale, était plutôt réticente, mais elle a montré des signes d’ouverture.

« Nous avons reçu le plein soutien de tous les États membres sur les mesures qui sont aujourd’hui proposées », a d’ailleurs assuré mercredi le vice-président de l’exécutif européen, Jyrki Katainen.

Le dirigeant a rappelé que les Européens étaient prêts à entamer des discussions commerciales avec les États-Unis en vue d’abaisser les droits de douane sur les biens industriels, y compris les voitures, afin d’échapper aux taxes américaines. « Ils ont refusé cette offre, mais elle est toujours valide », a-t-il dit.

« Si les Américains veulent commencer à améliorer l’environnement commercial, ils trouveront toujours un ami de ce côté-ci de l’Atlantique », a-t-il ajouté.

Le coût du protectionnisme américain pour l’UE

Les mesures de protection annoncées par les États-Unis en mars dernier pourraient avoir un impact économique encore difficile à chiffrer. Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII) a cependant procédé à des simulations dans le but de proposer des estimations de cet impact pour l’Union européenne :

« Si tous les exportateurs étaient concernés par les droits de douane américains sur l’aluminium et l’acier, l’UE serait la première touchée et verrait ses exportations d’acier à destination des États-Unis baisser de 47 %, soit 3,4 milliards de dollars ».

Un montant qui reste relativement modeste selon les économistes. À l’inverse, les mesures ciblant le commerce entre la Chine et les États-Unis pourraient « avoir des conséquences nettement plus lourdes, de l’ordre de 25 milliards de dollars pour chacun des deux pays », explique le CEPII. Les échanges commerciaux entre les deux puissances économiques pourraient considérablement diminuer dans les mois à venir.

La Tribune

La Tribune [latribune.fr]

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.