Le coronavirus compromet la signature d’un accord entre l’UE et la Chine en 2020

[EPA-EFE/IAN LANGSDON]

La conclusion d’un accord d’investissement UE-Chine cette année pourrait poser un « réel défi », et l’épidémie de coronavirus, qui oblige les deux parties à annuler plusieurs tours de négociations, rend le processus encore plus difficile.

L’an dernier, l’UE et la Chine se sont engagées à conclure un accord d’investissement d’ici à la fin de l’année 2020. Mais le coronavirus risque de freiner encore un peu plus l’avancée des négociations, dont les 25 tours ont abouti à peu de résultats concrets.

Joerg Wuttke, le président de la Chambre de commerce européenne en Chine, a déclaré qu’« il [allait] être très difficile de combler les lacunes », d’autant plus que les deux parties ne pourront voyager pour mener les négociations en personne.

« Ce virus est extrêmement énervant », a-t-il ajouté.

L’UE et la Chine se sont réunies deux fois à Bruxelles en janvier et doivent s’entretenir à nouveau en mars. Lors du dernier tour, les deux parties ont examiné les offres révisées présentées en décembre et ont fait part de leurs observations pour les améliorer.

Les négociations portaient sur les règles applicables aux entreprises publiques, le développement durable (en particulier le changement climatique), les dispositions sur le travail ainsi que les moyens de gommer les différences dans ce domaine.

D’après des fonctionnaires européens, le Vice-Premier ministre chinois, Liu He, doit se rendre à Bruxelles les 20 et 21 février prochains dans le cadre d’un dialogue économique, mais sa visite est encore en suspens.

Joerg Wuttke indique que les entreprises européennes restent dans le flou quant aux obstacles aux négociations sur les investissements, malgré leurs contacts fréquents avec la délégation européenne en Chine et la présence de fonctionnaires lors des négociations. Il qualifie cette situation de « boîte noire » et souligne que les sociétés européennes « désirent vraiment » cet accord d’investissement.

Mais pour les entreprises, il importe plus de conclure un accord « satisfaisant » que d’arriver à signer un accord à temps pour le sommet UE-Chine prévu le 14 septembre à Leipzig en Allemagne.

Par ailleurs, Joerg Wuttke ajoute que l’UE suspendrait les négociations si la Chine ne remplissait pas l’une des demandes principales de l’Europe, à savoir, faire des efforts pour lever les obstacles aux investissements étrangers.

L’UE resserre les rangs face à la Chine

L’UE prépare une liste d’exigences à l’attention des dirigeants chinois, afin de répondre à la « frustration » croissante des Européens.

Après avoir qualifié la Chine de « rival stratégique » en mars de l’année dernière, l’UE a augmenté la pression sur le gouvernement chinois pour qu’il modifie ses pratiques commerciales et économiques « déloyales », particulièrement en ce qui concerne les subsides à l’industrie et les transferts de technologie forcés.

« C’est un grand pas en avant que d’arrêter d’être naïf », a affirmé Joerg Wuttke.

Le coronavirus a déjà contaminé plus de 20 000 personnes dans le monde et fait 426 morts. Il a aussi fait subir de lourdes pertes économiques à la Chine et a affecté sa consommation intérieure ; le parti communiste a en effet décidé de fermer des usines dans tout le pays et a ordonné aux citoyens chinois de rester chez eux.

Certains fonctionnaires déclarent que le FMI risque de revoir ses perspectives économiques à la baisse pour la Chine.

Joerg Wuttke soutient qu’à cause du virus, la Chine pourrait afficher un taux de croissance du PIB presque nul au premier trimestre et une croissance de la production annuelle inférieure à 5 %. Mais il s’attend à ce que la Chine comble cet écart au second semestre.

L’UE teste un nouveau mécanisme de suivi des accords en Chine

Les États membres ont décidé de mettre en place un nouveau mécanisme pour suivre les progrès chinois dans l’application de ses engagements. Le Conseil teste ainsi un système qui pourrait être déployé à d’autres accords bilatéraux.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer