L’UE et le Mercosur misent sur un accord commercial en septembre

Jorge Faurie [EPA-EFE/DAVID FERNANDEZ]

Un pacte commercial entre l’UE et le bloc sud-américain pourrait être conclu début septembre, a déclaré le ministre argentin des Affaires étrangères Jorge Faurie.

La conclusion d’un accord commerciale entre l’Europe et le Mercosur se profile pour la rentrée. Après deux jours de pourparlers avec l’UE, Jorge Faurie a déclaré que les discussions avec la commissaire européenne en charge du commerce, Cecilia Malmström, avaient « atteint un seuil critique ».

« Nous allons négocier jusqu’à fin juillet avant de retourner à Bruxelles fin août en vue de signer un accord politique », a-t-il déclaré.

Il a toutefois insisté sur le fait que l’objectif de septembre n’était pas une échéance immuable. « C’est un objectif, pas un délai », a-t-il dit aux journalistes. « Il y a encore des questions très difficiles et délicates à résoudre », a-t-il ajouté.

Le message optimiste de Jorge Faurie a été repris par Cecilia Malmström lors d’une conférence à Bruxelles jeudi 18 juillet.

« Nous réalisons de bons progrès, nous traitons des questions très difficiles, la liste est encore longue », a déclaré la commissaire.

La fenêtre d’opportunité pour un accord rapide se rétrécit, avec des élections au Brésil début 2019 et le mandat de la Commission prenant fin après le Parlement européen en mai.

Les agriculteurs européens vent debout contre l’accord avec le Mercosur

Les agriculteurs européens ont écrit à la Commission européenne pour « rejeter toute concession » sur les chapitres agricoles des négociations de libre-échange entre l’UE et le Mercosur. Qui, selon eux, exposent les agriculteurs à une concurrence déloyale.

 

Ayant signé un accord commercial avec le Japon plus tôt cette semaine, le groupe Mercosur composé de l’Argentine, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay, le quatrième plus grand bloc commercial du monde, est le prochain objectif sur la liste des objectifs de l’UE en matière d’accords commerciaux.

Mais les avancées ont été sans cesse perturbées. Les négociations commerciales ont commencé en 2010 avant d’être suspendues en 2012 et de reprendre mi-2016.

L’industrie automobile et les indications géographiques (IG) revêtent une importance capitale pour l’UE, car ils sont conçus pour protéger et promouvoir les aliments et les boissons associés à une région ou à une tradition particulière.

L’UE avait commencé par une liste de 357 IG qu’elle voulait faire reconnaître, dont une cinquantaine étaient considérées comme controversées, y compris le feta et le manchego, le parmigiano-reggiano, le cognac, le rioja et le prosecco.

Le Mexique remporte la bataille du fromage face à l’UE

L’UE et le Mexique ont conclu un accord politique le 21 avril qui ouvrira de nouveaux marchés aux agriculteurs européens. Mais les producteurs de Manchego en Espagne se sentent abandonnés par l’UE.

 

« Nous devons encore régler des problèmes autour de 22 autres IG », a expliqué Jorge Faurie, tout en refusant d’entrer dans les détails.

Des lacunes importantes subsistent quant au degré d’ouverture réciproque des marchés aux biens industriels et aux produits agricoles, tels que le bœuf d’Amérique latine et les produits laitiers de l’UE.

« Nous avons fait une offre très pertinente sur les produits laitiers », a déclaré le ministre argentin.

La France s'insurge contre les quotas de viande du Mercosur

Déjà problématique lors des négociations de l’accord avec le Canada, l’enjeu des importations de viande dans l’accord de libre-échange UE-Mercosur exaspère les éleveurs, ainsi que la France.

Par ailleurs, le Mercosur s’est opposé à une proposition européenne de fixer des taxes à l’importation de 98 euros par tonne de sucre et réclamer des quotas plus élevés sur les importations d’éthanol.

Pour sa part, l’UE n’a pas encore statué sur l’offre du Mercosur de réduire de moitié les droits de douane sur les importations d’automobiles avant de les réduire progressivement au cours d’une période de transition pouvant aller jusqu’à 15 ans.

 

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.