Washington et Bruxelles espèrent apaiser les tensions commerciales rapidement

Cecilia Malmström et Robert Lighthizer [European Commission]

UE et États-Unis prévoient de multiplier les échanges dans les semaines qui viennent pour éviter toute escalade du conflit.

La commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a rencontré le 10 septembre le représentant américain du commerce, Robert Lighthizer à Bruxelles. Ils ont discuté de la mise en place de l’accord conclu entre le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et le président des États-Unis, Donald Trump, en juillet dernier.

Trump et Juncker signent une armistice commerciale surprise

Donald Trump et Jean-Claude Juncker ont désamorcé la crise née des tarifs douaniers imposés par les États-Unis, annonçant une série de décisions dans l’agriculture, l’industrie et l’énergie dont la portée exacte reste incertaine.

Les responsables américains ont affirmé que la rencontre était « constructive » et espèrent parvenir à des conclusions tangibles en novembre. « Nous espérons de premiers résultats sur les barrières techniques au commerce », a déclaré le bureau du représentant américain.

« Nous nous sommes demandé comment avancer et identifier les priorités de chaque côté et comment atteindre des résultats concrets à court et à moyen terme », a écrit Cecilia Malmström sur Twitter. Selon elle, il reste toutefois encore du chemin à parcourir cet automne avant d’obtenir ces résultats.

Cecilia Malmström et Robert Lighthizer se rencontreront à nouveau à la fin du mois. Pendant ce temps, leurs équipes poursuivront les discussions en octobre pour identifier les barrières tarifaires et non tarifaires et des moyens de les réduire.

Une autre réunion est prévue en novembre pour finaliser les conclusions. Les États-Unis ont ajouté que les deux parties devraient lancer les procédures pour obtenir des mandats de négociations.

De son côté, Robert Lighthizer commencera les consultations avec le Congrès pour démarrer les négociations avec l’Europe sur des « résultats à long terme », a confirmé son bureau.

De ce côté de l’océan atlantique, la Commission devra demander un mandat de négociation au Conseil européen une fois que l’exercice de cadrage sera terminé et que les deux parties s’accorderont sur les droits de douane à éliminer.

Washington remet en cause la PAC avec son enquête sur les olives espagnoles

La mise en place éventuelle de droits de douane sur les olives risque de créer un précédent. Les États-Unis pourraient accuser l’UE de distorsion de concurrence sur tous les produits PAC.

 

 

Alors que les négociations commerciales se poursuivent, rien n’indique encore si le camp américain acceptera d’éliminer les droits de douane sur l’acier et l’aluminium européens, ainsi que sur les olives noires espagnoles. Des taxes injustifiées du point de vue européen.

Côté européen, une majorité de voix s’élèvent contre le lancement des négociations tant que les droits de douane existent encore, mais la Commission a ouvert le dialogue afin d’éviter une escalade du conflit après l’annonce par Donald Trump de droits de douane sur les voitures européennes.

Bruxelles ferraille avec Washington sur les droits de douane des voitures

L’UE souhaite conclure un accord « réciproque » avec les États-Unis pour éliminer les droits de douane sur les voitures. Mais les deux parties ont encore de « profondes divergences » sur le commerce.

 

C’est un « très bon signe » que les deux parties s’engagent dans un dialogue commercial, a déclaré le porte-parole de la Commission Margaritis Schinas, qui a ajouté que ces négociations étaient « constructives ».

Malgré les espoirs d’atteindre des résultats concrets cet automne, les Européens sont conscients des profondes divergences avec l’administration américaine sur le commerce, comme l’a récemment reconnu la commissaire suédoise.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe