L’Europe propose une solution à l’amiable pour éviter les droits de douane américains

Cecilia Malmström [European Commission]

La Commission européenne serait prête à limiter ses subventions publiques afin d’éviter de nouvelles taxes douanières de la part de Washington dans le contexte du conflit Airbus-Boeing.

La commissaire chargée du commerce, Cecilia Malmström, a déclaré le 16 septembre que l’UE continuerait d’essayer de négocier avec les Etats-Unis pour trouver une solution à l’amiable après près de deux ans de dispute.

Si cela s’avérait toutefois impossible, l’exécutif européen discutera avec les États membres des mesures de rétorsion.

« Nous estimons qu’il y a suffisamment de droits de douane dans le monde et qu’imposer de nouveaux droits de douane les uns aux autres ne serait pas une bonne solution », a-t-elle dit.

Vendredi dernier, l’Organisation mondiale du commerce a donné une bénédiction partielle au projet du président américain Donald Trump d’imposer des taxes douanières aux exportateurs européens et de compenser ainsi l’aide européenne au constructeur d’avions Airbus.

Donald Trump a demandé l’autorisation d’imposer des droits de douane allant jusqu’à 100 % sur les marchandises européennes pour une valeur de 11,2 milliards de dollars par an.

L’organisation doit confirmer le volume des droits de douane compensatoires à partir du 30 septembre.

Une décision similaire est attendue au début de l’année prochaine pour que l’UE détermine le niveau des taxes qu’elle pourrait fixer en réponse aux subventions accordées à Boeing par Washington.

Les nuages s’amoncèlent autour du commerce international en 2019

Une vague de protectionnisme et d’obstacles au libre échange a déferlé sur l’économie mondiale en 2018 et menace la croissance économique en 2019. Même si d’autres conflits sont attendus, il y a toutefois des raisons d’espérer.

Une solution négociée

Dans ce contexte, l’Europe a proposé à l’administration américaine de négocier une solution pour éviter les sanctions mutuelles.

Dans le cadre de l’accord, l’Europe propose à l’administration Trump une « discipline de subvention globale, ambitieuse et équilibrée pour le secteur de l’aviation civile », a expliqué Malmström.

S’ils parviennent à un accord, elle estime qu’ils pourraient le partager avec la Russie et surtout avec la Chine, considérée comme le grand perturbateur du commerce mondial en raison des subventions massives que l’Empire du Milieu accorde à l’industrie chinoise.

Les Etats-Unis semblent cependant préférer faire la sourde oreille aux tentatives européennes de trouver un compromis et préfèrent imposer de nouveaux droits de douane. « Nous regrettons qu’il n’y ait toujours pas eu de réaction à nos propositions jusqu’à présent », a ajouté la commissaire suédoise.

Le Maire appelle Washington et Pékin a éviter des mesures menaçant la croissance mondiale

Le ministre des Finances français, Bruno Le Maire, a appelé mardi les États-Unis et la Chine à éviter des mesures qui mettraient en péril la croissance mondiale, et prévenu qu’une hausse des taxes douanières conduirait à « une impasse ».

Produits

L’impact total sur le commerce bilatéral pourrait facilement dépasser les 10 milliards de dollars.

La première liste rédigée par les États-Unis recensait des biens européens d’une valeur de 25 milliards de dollars, dont environ 10 milliards de dollars pour les produits agroalimentaires, 4,5 milliards de dollars pour les produits industriels et environ 3,5 milliards de dollars pour les avions et les pièces détachées.

Les diplomates ont néanmoins estimé que les droits de douane compensatoires seraient bien inférieurs à ce montant, soit les 11,2 milliards de dollars demandés par Donald Trump.

Selon eux, seuls les modèles A350 et une partie des A380 seront pris en compte pour estimer le niveau de la pénalité, tandis que les autres modèles (A300, A310, A320 et A330/A340) ne sont plus concernés par les sanctions.

Bruxelles riposte dans la querelle entre Boeing et Airbus

L’UE envisage d’imposer plus de 19 milliards d’euros de nouveaux droits de douane aux États-Unis en réponse aux subventions accordées au constructeur d’avions Boeing, ont déclaré à Euractiv des fonctionnaires européens.

Dans le même temps, l’UE a dressé une liste des exportations américaines vers le marché européen, d’une valeur d’environ 20 milliards d’euros, qui couvre des marchandises allant des avions aux produits chimiques et agroalimentaires (allant du poisson congelé et des agrumes au ketchup).

Dans les deux cas, les droits de douane compensatoires pourraient varier entre 5 et 12 milliards de dollars, selon les estimations des fonctionnaires et des experts, même si le chiffre final devrait profiter au camp européen.

La liste américaine des produits et le montant total n’est quant à elle pas attendue avant la deuxième quinzaine d’octobre, a déclaré un diplomate, car il reste encore plusieurs étapes à franchir par l’OMC.

Dans le cas de l’UE, le volume des mesures compensatoires sera confirmé dès le début de l’année prochaine, a déclaré Cecila Mälmstrom.

L’escalade probable de la guerre commerciale se produira au cours des premières semaines de la nouvelle Commission, en dépit de la promesse de l’administration américaine de « réinitialiser » les relations bilatérales endommagées.

« S’ils veulent reprendre les relations sur une bonne base, cela [la solution proposée] pourrait être un bon départ », a souligné la commission

Elle a rappelé que l’OMC autorisait techniquement à imposer des droits compensatoires, alors que les droits sur l’acier et l’aluminium ou les droits potentiels sur les voitures sont illégaux.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.