L’UE et Singapour concluent un accord de libre-échange

Singapore.JPG

L’Union européenne et Singapour ont convenu des termes d’un accord de libre-échange dimanche (16 décembre). Cette décision devrait ouvrir davantage les marchés du pays asiatique aux services financiers et faciliter les exportations automobiles européennes.

 



« Nous avons achevé les négociations et je suis très satisfait du résultat », a déclaré Karel De Gucht, le commissaire en charge du commerce, depuis Singapour.

Après que la Commission européenne a achevé les négociations, les États membres et le Parlement européen doivent signer l'accord pour qu'il entre en vigueur.

Même si certains États membres de l'UE ont parfois rejeté de tels accords dans le passé pour des raisons politiques, il est peu probable que cela se produise avec l'accord de Singapour parce qu'en octobre, les dirigeants européens ont appelé à une conclusion rapide des négociations.

« Je ne m'attends pas à beaucoup de difficultés », a déclaré M. De Gucht, ajoutant qu'il espérait une validation définitive de l'accord d'ici la fin 2013.

Porte ouverte sur l'Asie du Sud-Est

L'UE espère que l'accord lui offrira un meilleur accès à Singapour, l'un des pays les plus riches d'Asie par habitant, où les États-Unis bénéficient déjà d'un accès préférentiel.

Singapour ne compte que cinq millions d'habitants, mais peut jouer le rôle de tête de pont pour accéder aux 600 millions d'habitants que regroupent les 10 États membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE).

« Singapour est un marché dynamique pour les sociétés de l'UE et un endroit-clé pour faire des affaires avec toute l'Asie du Sud-Est. Cet accord est essentiel pour ouvrir la voie vers la région et peut être un catalyseur de croissance pour les exportateurs de l'UE », a indiqué M. De Gucht dans un communiqué.

L'UE est le deuxième plus grand partenaire commercial de la cité-État, derrière la Malaisie voisine, avec des échanges bilatéraux de biens de 46 milliards d'euros en 2011. L'UE enregistrait un excédent commercial de 8 milliards d'euros et les voitures représentaient une grande partie de ses exportations.

Les tarifs douaniers de Singapour sont relativement bas. L'accord supprimera les barrières douanières non tarifaires, comme les tests sur les automobiles européennes, étant donné que Singapour commencerait à reconnaître les normes européennes, ont indiqué des fonctionnaires de l'UE.

L'ouverture accrue des marchés bancaire et financier de Singapour ainsi qu'un meilleur accès aux marchés publics du pays constituent d'autres avantages importants.

La pression en faveur d'accords de libre-échange survient alors que l'UE lutte contre la crise de la dette souveraine et tente de compléter la demande intérieure de consommation stagnante en signant ce genre d'accords avec des économies importantes.

Un accord avec la Corée du Sud est entré en vigueur l'année dernière et un autre avec le Canada est presque terminé. Les ministres européens du commerce ont accepté en novembre d'entamer des négociations avec le Japon, alors que des discussions préliminaires sont en cours pour un accord avec les États-Unis.

Des responsables européens du commerce souhaitent que l'accord de Singapour serve de modèle à des accords commerciaux avec d'autres pays membres de l'ANASE. L'UE négocie actuellement des accords de libre-échange avec la Malaisie et le Viêtnam et espère créer un jour un accord commercial interrégional.

« Ce que j'estime plus important » que de simples échanges avec Singapour, a déclaré M. De Gucht, c'est « l'établissement d'un nombre de normes en matière de services que nous tenterons d'élargir à toute la région ».

À la suite de l'échec des négociations commerciales de Doha entre les membres de l'OMC, l'UE a poursuivi une stratégie de signature bilatérale d'accords commerciaux avec des partenaires clés.

En Asie, l'UE a commencé par la signature d’un accord commercial avec la Corée du Sud qui est entré en vigueur en juillet 2011. Cet accord était surtout avantageux pour les exportateurs européens, mais il compliquait également la tâche de certains secteurs tels que celui de l'automobile qui a été soumis à une concurrence accrue de la Corée du Sud.

Des négociations sont en cours avec le Japon et d'autres membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) composée de dix pays.

  • 2013 : le Parlement et le Conseil devraient signer l'accord de libre-échange avec Singapour

Commission européenne

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER