La Russie sanctionne des sociétés énergétiques occidentales

La Russie a infligé des sanctions à des compagnies, dont la plupart appartiennent à Gazprom Germania, la filiale allemande du géant gazier russe [360b / Shutterstock]

La Russie a imposé des sanctions contre plus de 30 sociétés de l’Union européenne, des États-Unis et de Singapour, en représailles contre les sanctions dont elle est frappée pour son offensive militaire contre l’Ukraine, selon un décret publié mercredi par le gouvernement.

La liste des sociétés sanctionnées comprend 31 compagnies, dont la plupart appartiennent à Gazprom Germania, la filiale allemande du géant gazier russe, que l’État allemand a placé sous son contrôle en raison de son importance stratégique. Gazprom a de son côté annoncé début avril son « retrait » de cette filiale, sans en dire davantage.

Le ministère allemand de l’Economie a assuré mercredi « s’organiser et se préparer à différents scénarios ». « L’équipe chargée de la gestion de la crise gazière examine la situation », a-t-on précisé, ajoutant qu’ « à l’heure actuelle, l’approvisionnement est garanti et surveillé en permanence ».

Les sanctions concernent également EuRoPol GAZ S.A., le propriétaire de la partie polonaise du gazoduc Yamal-Europe.

Les sanctions incluent une interdiction de transactions et de l’entrée dans les ports russes de navires liés aux sociétés concernées.

Les sanctions occidentales contre la Russie, sans précédent, vont du gel des réserves russes à un embargo sur des produits stratégiques, et des sanctions financières.

Malgré les sanctions, l’économie russe affiche une balance courante positive record au premier trimestre 2022

Les prix élevés de l’énergie et la poursuite des achats de gaz et de pétrole russes au premier trimestre 2022 ont permis à la Russie d’afficher l’excédent de sa balance courante le plus élevé de son histoire récente.

Subscribe to our newsletters

Subscribe