Le financement d’ITER menace l’innovation et la recherche européennes

f8607a9633de6cca216ef22bf2159105.jpg

Les divergences entre les institutions européennes au sujet du financement d’un projet controversé de fusion nucléaire pourrait mettre à mal la proposition de la Commission pour le budget Innovation et Recherche 2014-2020.

Le problème de financement du projet ITER (réacteur thermonucléaire expérimental international) ne date pas d’hier et devrait encore animer les discussions autour des perspectives financières 2014-2020 de l’UE. 

Surcoûts 

Selon les textes officiels, ce projet est régi par le traité Euratom et n’est donc pas directement sous la responsabilité l’UE. La Commission souhaite ainsi qu’ITER soit financé par les États membres en dehors du budget européen à partir de 2014 et non plus par elle. 

L’exécutif européen craint qu’en incluant ITER au sein du budget général de l’UE, et plus spécifiquement dans le programme-cadre Horizon 2020 pour la recherche (85 milliards d’euros), ce dernier ne soit mis en péril, dans la mesure où les fonds y seraient puisés. Elle jouit dans ce dossier du soutien du Parlement et de certains pays. 

D’autres à l’inverse, comme la France, souhaitent que l’UE continue de financer ce programme nucléaire.

Nouvelle énergie

Dans le même temps, le coût s’est s’est littéralement envolé, passant de 5 à 16 milliards d’euros, ce qui pousse certaines capitales à demander un nouveau débat approfondi sur l’avenir d’ITER. 

Fin 2011, dans le cadre de la présidence polonaise, le Conseil européen et le Parlement ont décidé d’avoir recours à des fonds de l’UE non utilisés pour allouer au projet ITER les 1,3 milliard d’euros qui lui manquaient sur la période 2012-2013.

Basé au centre d’étude de Cadarache dans le sud de la France, la construction de ce réacteur devrait commencer cette année. Il a pour objectif de reproduire le type de fusion qui a lieu dans le soleil, permettant de générer une énergie bon marché et en abondance qui ne dépendrait pas des combustibles fossiles.

Longues négociations

Un porte-parole du commissaire européen Antonio Tajani en charge de l’industrie et de l’entreprenariat a déclaré à EURACTIV : « Nous proposons de retirer ITER du prochain cadre financier, car nous pensons qu’il s’agirait du meilleur moyen d’assurer un soutien financier continu pour ce projet sans exposer le budget de l’UE à des augmentations de coût imprévues. Il revient à présent aux États membres de répondre à notre proposition. Donnons-leur le temps nécessaire pour qu’ils se mettent d’accord sur les questions à négocier, ensuite nous verrons. »

Les négociations sur le budget 2014-2020 de l’UE devraient se poursuivre tout au long de l’année, dans le cadre des présidences danoise et chypriote du Conseil de l’UE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe