Le Pérou tire parti de l’accord commercial avec l’UE

Bernd Lange, le président de la délégation du commerce international du Parlement européen, intervient lors d'une conférence de presse au siège du ministère péruvien des Affaires étrangères à Lima, au Pérou, le 15 février 2018. [EPA-EFE/EDUARDO CAVERO]

L’accord de libre-échange liant l’Union européenne à la Colombie et au Pérou, entré en vigueur il y a cinq ans, a été bénéfique pour le Pérou, selon l’eurodéputé allemand Bernd Lange. Un article de notre partenaire, Efe-EPA, depuis Lima, au Pérou.

« En termes de biens et de services, tout va très bien. Nous pouvons dire que le Pérou présente un excédent commercial et qu’il a bien profité de cet accord de libre-échange, si on le compare à celui qu’il a avec, par exemple, la Chine », a déclaré Bernd Lange, président d’une délégation du Parlement européen sur le commerce international (INTA) qui s’est rendue à Lima.

L’UE est l’un des trois principaux marchés pour les exportations de biens et services péruviens et le premier investisseur étranger de la nation andine. Les investissements étrangers directs du club européen au Pérou ont augmenté de 15 % entre 2013 et 2015, pour atteindre environ 9,6 milliards d’euros.

Les échanges bilatéraux, parallèlement, ont atteint près de 8 milliards d’euros en 2016, selon le troisième rapport annuel de la Commission européenne sur la mise en œuvre de l’accord commercial UE-Colombie/Pérou.

Les eurodéputés mettent en garde contre un rétablissement de la peine de mort au Pérou

Conclu il y a cinq ans, l’accord commercial UE/Pérou n’est pas parvenu à enclencher de véritable changement sur les sujets tels que la peine de mort ou le respect du droit international. Un article de notre partenaire, Efe-EPA, depuis Lima, au Pérou.

 

Après avoir rencontré le ministre des Affaires étrangères péruvien, Cayetana Aljovin, Bernd Lange a déclaré que certaines questions en suspens doivent être résolues dans la mise en œuvre de l’accord, « telles que la garantie de certaines règles ». « Mais en ce qui concerne les échanges commerciaux, je peux dire que les choses se déroulent à merveille », a-t-il précisé. « Il est clair que le commerce doit profiter aux citoyens, c’est pourquoi les règles de l’Organisation internationale du travail doivent être respectées. Elles doivent être respectées pour que les citoyens bénéficient également de cet accord et, bien sûr, pour que la concurrence équitable ne soit pas compromise. »

Il a également souligné « la nécessité de régulariser le travail non déclaré » et a appelé à se pencher sur « la question des travailleurs temporaires », à renforcer la négociation collective et « les inspections du travail ». « Nous pensons que le commerce doit aller de pair avec un véritable débat avec la société civile, les syndicats et les entreprises, précisément pour qu’ils jouent un rôle consultatif dans la mise en œuvre de l’accord. »

Le CESE alerte sur le respect du droit du travail dans les accords commerciaux

Le Comité économique et social européen a adopté à la quasi-unanimité une résolution appelant l’UE à donner plus de poids aux chapitres sur le travail et l’environnement dans ses accords de libre-échange.

L’eurodéputé a également déclaré que l’accord commercial UE-Colombie/Pérou « aide le Pérou à se rapprocher » de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dont Lima souhaite devenir un membre à part entière en 2021, à l’occasion du 200e anniversaire de l’indépendance de la nation andine.

L’OCDE « exige clairement une série de procédures et de mesures structurelles en matière de droits du travail et de représentation des travailleurs », a-t-il indiqué, ajoutant que ces points sont également présents dans l’accord commercial UE-Colombie/Pérou. « Je pense qu’un lien très important peut exister entre les accords de libre-échange et l’adhésion à l’OCDE. » La délégation de l’INTA, qui s’est rendue en février en Colombie et au Pérou, est également composée du Polonais Adam Szejnfeld, du Britannique David Campbell, des Espagnols Inmaculada Rodriguez-Piñero et Ramon Jauregui et des Allemands Nadja Hirsch et Helmut Scholz.

L’ambassadeur de l’UE au Pérou, Diego Mellado, a déclaré que la visite au Pérou permettrait de renforcer les relations financières, économiques et commerciales entre le bloc européen et le pays sud-américain.

L'UE et le Chili à la recherche de l’accord parfait

L’Union et le Chili souhaitent perfectionner leur accord d’association, qui a permis de doubler les échanges commerciaux en seulement 15 ans.

Subscribe to our newsletters

Subscribe