Les entreprises lituaniennes cèdent à la pression chinoise

Aujourd’hui, les entreprises liées à la Lituanie commencent à ressentir la pression de Pékin, mais ne savent pas vers qui se tourner. [Vaidotas Grybauskas (shutterstock)]

Au cours du mois dernier, la Chine a utilisé des mesures commerciales coercitives à l’encontre des entreprises lituaniennes et des sociétés internationales ayant des activités dans le pays. Les entreprises elles-mêmes sont toutefois réticentes à s’exprimer.

Depuis 2020, la Chine fait pression sur les entreprises lituaniennes alors que les liens entre la Lituanie et Taïwan, notamment l’aide mutuelle pendant la pandémie, se sont resserrés. La situation s’est encore aggravée avec l’imposition par la Chine de barrières commerciales après que Taïwan a ouvert un bureau de représentation à Vilnius en novembre 2021.

Aujourd’hui, les entreprises liées à la Lituanie commencent à ressentir la pression de Pékin, mais ne savent pas vers qui se tourner.

«  Elles ont peur de parler parce que la Chine est un énorme marché pour elles  », a déclaré à EURACTIV le président de la Confédération des industriels lituaniens, Vidmantas Janulevičius.

La répression chinoise a commencé par la révocation des licences d’exportation de céréales lituaniennes vers la Chine. Puis, à partir du printemps 2021, l’assurance-crédit est devenue indisponible pour les échanges commerciaux entre la Lituanie et la Chine, selon M. Janulevičius.

À partir de septembre, certains biens industriels que les entreprises lituaniennes avaient prépayés n’ont pas été livrés, créant un casse-tête pour l’économie lituanienne qui importe cinq fois plus de Chine qu’elle n’en exporte.

Les entreprises lituaniennes ont alors commencé à rencontrer plusieurs obstacles administratifs qui rendaient impossible l’exportation vers la Chine. Le gouvernement chinois a nié qu’il s’agissait de politiques gouvernementales délibérées.

Pour l’économie lituanienne, la Chine pourrait être un partenaire négligeable, représentant environ 1 % des exportations et 3 % des importations. Cependant, le marché chinois est vital pour de nombreuses grandes entreprises internationales qui commercent à la fois avec la Chine et la Lituanie.

Selon des enquêtes menées par Reuters, le fabricant allemand de pièces automobiles Continental a subi des pressions de la part de la Chine au sujet de son site de production en Lituanie.

Taiwan tente de soutenir les entreprises lituaniennes qui ont perdu leur accès au marché de la Chine continentale. Toutefois, il est plus difficile de compenser l’économie lituanienne si des entreprises d’autres régions du monde se joignent au boycott, craignant pour leur accès au marché chinois.

«  Certaines de nos entreprises commencent à ressentir la pression des entreprises d’autres pays  », a déclaré à EURACTIV Eglė Radišauskienė de la Conférence des entreprises lituaniennes.

Il est difficile d’établir combien d’entreprises en Lituanie sont touchées par cette pression, car les entreprises hésitent à s’exprimer.

«  Nos membres ne veulent pas partager leurs noms  », a déclaré Mme Radišauskienė.

En outre, M. Janulevičius, qui dirige la plus grande association d’entreprises de Lituanie, a déclaré qu’«  aucune entreprise n’a accepté de donner une interview malgré le fait que nous ayons promis la confidentialité  ».

Hella, une entreprise allemande d’électronique disposant d’un site de production en Lituanie, a refusé de commenter, tout comme le groupe SBA, un grand producteur de meubles.

La fabrication de meubles est l’une des plus grandes industries lituaniennes, représentant près de 5 % des exportations en 2019. Les producteurs de meubles lituaniens figurent également parmi les plus importants fournisseurs d’IKEA, à un moment où celui-ci étend sa présence sur le marché de la Chine continentale.

IKEA a refusé de commenter s’il s’est senti sous pression pour diminuer ses importations en provenance de Lituanie.

«  Bien que nous ne discutions pas des détails, IKEA adapte toujours ses opérations aux règles commerciales applicables et aux solutions commerciales optimales sur chaque marché  », a déclaré IKEA à EURACTIV dans des commentaires envoyés par courriel.

La Commission prépare une action éventuelle

En réaction aux pressions exercées par la Chine, la Commission européenne rassemble actuellement des preuves en vue de saisir l’Organisation mondiale du commerce.

«  D’après les informations que nous avons reçues jusqu’à présent des autorités lituaniennes, un schéma se dessine déjà et des problèmes persistent, qui affectent désormais aussi les chaînes d’approvisionnement et donc d’autres États membres de l’UE  », a déclaré un porte-parole de la Commission.

Porter une affaire devant l’OMC est un processus long, et même si l’OMC devait se prononcer en sa faveur, le respect du verdict n’est pas garanti.

Pour l’instant, la Commission n’a pas d’autres outils pour réagir aux actions coercitives des pays tiers. En décembre 2021, la Commission a proposé l’introduction d’un outil anti-coercition qui lui permettrait de prendre plus facilement des contre-mesures.

M. Janulevičius, dont la propre entreprise a des livraisons bloquées en Chine, a appelé à la différenciation de la chaîne d’approvisionnement et à la réduction de la dépendance au marché chinois.

Il a exprimé l’espoir que les pays et les industries européens resteront unis, affirmant que la Lituanie pourrait ne pas être la dernière à souffrir de la coercition économique étrangère. « Cela pourrait être difficile pour d’autres pays à l’avenir », a-t-il déclaré.

Vendredi 14 janvier, à Brest, les ministres des Affaires étrangères de l’UE se sont engagés à soutenir la Lituanie dans son conflit commercial avec la Chine, sans toutefois annoncer de nouvelles mesures.

Le Haut représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité de l’UE, Josep Borrell, a déclaré qu’un sommet UE-Chine fin mars permettrait de faire le point sur «  l’état de nos relations avec la Chine  ».

Dans l’intervalle, l’UE s’en tiendra à ses plans pour une éventuelle procédure devant l’OMC, qui pourrait prendre des années, selon des diplomates européens. La proposition d’instrument anti-coercition récemment présentée par la Commission ne devrait pas voir le jour de sitôt en raison de la longueur des processus législatifs.

La Commission européenne présente un nouvel instrument visant à décourager les guerres commerciales

Mercredi 8 décembre, la Commission européenne a présenté un nouvel instrument commercial puissant qui lui donnerait une plus grande marge de manœuvre pour imposer des sanctions à des pays tiers.

Subscribe to our newsletters

Subscribe