L’UE muscle la lutte contre la contrefaçon en Asie du Sud-Est

Des touristes prennent des photos de l'un des gratte-ciels de Kuala Lumpur, en Malaisie. [Ahmad Yusni/EFE]

L’Union européenne a proposé un projet visant à renforcer les droits de propriété intellectuelle et industrielle dans les dix pays de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE). Un article de notre partenaire, Euroefe.

L’Union européenne a décidé de collaborer avec l’ensemble des pays de l’ANASE dans le cadre d’un projet promouvant la protection des droits de propriété intellectuelle et industrielle.

Le projet comprendra deux plateformes, IP Key Southeast Asia (IP Key SEA) et ARISE Plus, qui font partie des politiques de l’UE dans le « domaine de la propriété intellectuelle et industrielle », a indiqué Luis Berenguer, le porte-parole de l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (OUEPI).

IP Key SEA, qui a également été lancée en Amérique latine et en Chine, « se concentre sur le monde des affaires et les entreprises », selon Luis Berenguer, tandis qu’ARISE Plus se focalise sur « des aspects liés au développement, la coopération, etc. ».

L’initiative IP Key SEA dispose d’un budget de sept millions d’euros pour les quatre prochaines années et ARISE Plus de 5,5 millions d’euros pour une période de cinq ans.

La contrefaçon menace les smartphones et leurs utilisateurs

L’industrie de la téléphonie mobile européenne a largement pâti de la croissance du marché des contrefaçons de smartphones en 2015. Une situation qui met la sécurité des consommateurs en péril.

« Le principal objectif est d’encourager les connaissances dans le domaine de la propriété industrielle », a déclaré le porte-parole de l’OUEPI, qui a souligné l’importance de créer un environnement propice à la protection des droits de propriété intellectuelle et industrielle des entreprises européennes, mais aussi régionales.

L’Union collabora avec l’ensemble des pays de l’ANASE pour créer des outils, des technologies et des supports techniques qui protègent et encouragent l’innovation et la créativité des entreprises.

Luis Berenger estime que la propriété intellectuelle et industrielle va de pair avec l’innovation et la croissance économique. C’est le cas dans l’UE, où les secteurs liés aux droits de propriété intellectuelle et industrielle représentent 42 % du PIB, 38 % de l’emploi et 90 % des exportations.

Et l’inverse est aussi vrai : chaque année, le bloc européen perd 90 milliards d’euros et 800 000 emplois à cause de la contrefaçon, principalement de produits tels que des bijoux, montres, sacs à main, jouets et pesticides.

L’UE est le premier investisseur de l’ANASE, avec un investissement annuel de 19 milliards d’euros. Elle est son troisième partenaire commercial après la Chine et les États-Unis, avec un échange commercial de plus de 246 milliards d’euros.

L’ANASE regroupe la Birmanie, le Brunei, le Cambodge, les Philippines, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

Les eurodéputés dénoncent les violations du droit du travail en Corée du Sud

Le Parlement européen s’est penché sur un accord de libre-échange avec la Corée signé il y a cinq ans. Ils saluent l’intégration et le commerce entre les deux pays, mais alertent la Commission des violations au droit du travail.

Subscribe to our newsletters

Subscribe