Malmström à Tokyo pour finaliser l’accord de libre-échange

Cecilia Malmström

De hauts représentants du Japon et de l’UE ont entamé une série de réunions à Tokyo dans le but de finaliser l’accord de libre-échange, et pour que les dirigeants respectifs puissent le conclure de manière définitive dans quelques jours. Un article d’Euroefe.

Le ministre japonais des Affaires étrangères et responsable des négociations, Fumio Kishida, a reçu à Tokyo la commissaire européenne en charge du commerce, Cecilia Malmström.

La délégation européenne comprenait aussi le commissaire européen à l’agriculture, Phil Hogan, pour une rencontre avec son homologue, Yuji Yamamoto, afin d’avancer sur l’ouverture de leurs marchés agricoles respectifs. C’est un des points sur lequel la position des deux parties reste très éloignée.

Exigences de deux côtés

L’UE demande au Japon de lever les droits de douane élevés qui sont appliqués sur le fromage, le vin et d’autres produits d’origine agricole et animale, alors que Tokyo demande à Bruxelles d’éliminer la taxe de 10 % qu’elle impose aux voitures japonaises et celle de 3 à 4,5 % qu’elle impose aux composants.

Les négociateurs de chaque camp tiennent des discussions informelles depuis environ trois semaines dans la capitale nippone, et la visite des commissaires européens devrait servir à débloquer les points d’achoppement.

« Nous voulons maintenir des discussions franches pour résoudre les questions en suspens. Ce seront des négociations très difficiles », a déclaré Fumio Kishida, au début de la réunion.

« Nous discuterons pour voir s’il est possible d’approuver une grande partie de l’accord », a pour sa part signalé Cecilia Malmström.

L’accord doit théoriquement être conclu de manière définitive lors du voyage en Europe du Premier ministre japonais, Shinzo Abe. Il rencontrera les dirigeants européens le 6 juillet à Bruxelles et assistera au sommet du G20 le jour suivant à Hambourg, en Allemagne.

Négociations depuis 2013

Le Japon et l’UE ont commencé les négociations en 2013 mais depuis décembre dernier, ces dernières sont dans l’impasse sur des aspects clés. Mais suite au Brexit et à l’abandon des États-Unis du Traité transpacifique (TTP), les deux parties ont décidé d’accélérer les choses.

La semaine dernière, l’ONG Greenpeace a publié l’ébauche de l’accord et accusé la Commission européenne de ne pas veiller à la protection de l’environnement et de donner une énorme marge aux entreprises pour poursuivre les États en justice.

Passe d'armes entre Malmström et Greenpeace sur l'accord UE-Japon

La commissaire européenne au commerce fait face à des critiques sévères de l’accord de libre-échange en cours de négociation avec le Japon.