McKinsey analyse les causes du chômage des jeunes en France

shutterstock_youth600x400.jpg

Alors que le programme Garantie pour la jeunesse démarre, la société de conseil McKinsey s'est penchée sur les causes du chômage des jeunes en Europe.

Ils sont 5,6 millions en Europe.  Les jeunes chômeurs préoccupent plus que jamais l’Union européenne, alors que de nombreux observateurs craignent que la situation actuelle ne se transforme en « génération perdue ».

La société McKinsey s’est penchée, dans un rapport sur les 8 principales économies européennes (Royaume-Uni, Suède, Allemagne, France, Espagne, Italie et Grèce). En France, le taux de chômage des jeunes atteint 35 %, contre seulement 18 % au Royaume-Uni.

Manque de confiance

Or selon les critères d’analyse de McKinsey, la population des moins de 25 ans sondée par la firme en France se distingue des autres européens par un manque de confiance global dans le système éducatif.  Comme les pays du sud de l’Europe, où les taux de chômage sont encore plus élevés qu’en France, les jeunes Français se classent largement dans les « non-croyants » du système éducatif, ou dans les «désabusés », qui aimeraient continuer leurs études, mais n’ont pas les moyens de le faire. 59 % des français se classent dans une de ces deux catégories, même si l'étude ne précise pas leur statut (actif ou non).

Problèmes d’orientation

Les problèmes d’orientation ne sont pas indépendants de cette situation : parmi ceux qui ont fait des études, seulement 69 % des Français estiment avoir obtenu la section qu’ils souhaitaient, ce qui représente le taux le plus bas des 8 pays étudiés.

 Au total ces deux catégories représentent 58 % des moins de 25 %. A l’inverse, en France la proportion des « battants », c'est à dire ceux qui sont fiers de leur parcours scolaire, est une des plus faibles d’Europe : 8 % contre 10 % dans le reste de l’échantillon.

Manque de qualification

Du côté des employeurs français, le manque de qualification est souvent mis en avant. 35 % d’entre eux jugent que le manque de personnel qualifié pose de sérieux problèmes à leur activité. Ils évoquent notamment le manque de confiance en soi et les compétences communicationnelles.

Pour McKinsey, le manque d’échange entre le monde du travail et celui de l’éducation expliquerait ce phénomène.

Des stages à gogo

La France dispose en revanche d’un des plus forts taux de stages : 87 % des étudiants en font, ce qui semble faire une différence entre les candidats à un emploi.

Mais la recherche de stage s’avère compliquée, et en l’absence d’aide efficace du système éducatif, les étudiants doivent se reposer sur leur propre réseau. Les jeunes expliquent également que la moitié des stages ne sont pas rémunérés ( 49 % des stages ne sont pas rémunérés en France, contre 55 % au total en Europe), ce qui crée une distorsion entre les jeunes qui disposent du soutien financier de leur famille et les autres.

McKinsey a interrogé  5,300 jeunes, 2,600 employeurs et 700  membres du corps éducatif pour cette étude.

L’Europe est en train de mettre en œuvre un large programme pour l’emploi des jeunes doté de 8 milliards d’euros d’investissement, sous la forme de Garantie pour la jeunesse. Un programme qui prévoit qu’aucun jeune de – de 25 ans ne reste plus de 6 mois sans formation ou sans stage.

Contexte

Selon les dernières données d'Eurostat, le taux de chômage des jeunes atteint 23 % dans les États membres de l'UE. En Espagne, et 55,6 % des moins de 25 ans sont sans emploi. Ils sont 63 % en Grèce, d'après la Commission.

Le taux de participation des jeunes a fortement chuté lors des sept dernières élections européennes. Il est passé de 33 % en 2004 à 29 % en 2009.

Selon une enquête de la Commission européenne, 65 % des personnes de moins de 30 ans habilitées à participer au scrutin envisagent de se rendre aux urnes l’année prochaine. Les électeurs qui voteront pour la première fois seraient au cœur de ce nouveau phénomène.

Si le taux de participation des jeunes est amené à doubler comme prévu, la question sera de savoir pour qui ils voteront : les partis traditionnels ou extrêmes.

Plus d'information

McKinsey