Amazon prépare une guerre des prix dans le bio

Amazon entend rendre les aliments Whole Foods plus accessibles. [Jonathan Weiss/Shutterstock]

Amazon, autorisé à acheter la chaine spécialisée dans les aliments bio « Whole Foods », s’est empressé d’annoncer des réductions de prix. Un article de notre partenaire, Italia Oggi.

Amazon continue de perturber la grande distribution, et particulièrement le secteur alimentaire. Ayant récemment reçu l’autorisation de racheter la chaine d’aliments bio Whole Foods, le géant de la vente en ligne a immédiatement annoncé une réduction des prix des bananes, avocats et autres produits de la marque. La chaine Whole Foods est présente aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni et a été achetée pour 11,7 milliards d’euros.

« Nous réduirons les prix de Whole Foods sans compromettre la qualité des produits », a assuré Jeff Wilke, responsable d’Amazon Worldwide Consumer. La nouvelle politique tarifaire est officiellement entrée en vigueur le 28 août, après l’acquisition de la chaine.

L’annonce a des relents de guerre des prix et n’est pas passée inaperçue auprès des entreprises agroalimentaires cotées en bourse.

Il y aura plusieurs vagues de réductions, sur toute une série de produits. Les membres « premium » d’Amazon bénéficieront d’avantages supplémentaires. Les aliments Whole Foods seront également vendus en ligne sur Amazon, et des dépôts Amazon seront installés dans certains magasins de la marque.

Avant son rachat, Whole Foods était réputé pour être une chaine de supermarché haut de gamme et très chère. Ce positionnement pourrait donc changer. L’acquisition a été approuvée aux États-Unis par la Commission fédérale du commerce (FTC) et par les actionnaires de la marque.

Une fois encore, la société créée par Jeff Bezos a agi de manière féroce : en trois mois, l’acquisition était bouclée et la campagne de réduction des prix avait commencé. La direction d’Amazon semble donc bien déterminée à se lancer dans une guerre des prix et à risquer de perdre de l’argent pour intimider la concurrence. Cela avait déjà été le cas avec la vente de livres, par exemple, qui a complètement chamboulé les règles du jeu dans le secteur.

L’histoire pourrait se répéter avec les aliments bio. Le marché bio prend de plus en plus de place dans les chaines de distribution traditionnelles. Malgré les inquiétudes de l’industrie, la Commission du commerce a jugé que l’acquisition n’était pas contraire aux règles de concurrence.

Il a été noté qu’Amazon et Whole Foods étaient tous deux des acteurs non dominants du secteur et occupaient des niches différentes, le premier vendant en ligne et le second dans des magasins de la marque.

Les agriculteurs bio plaident pour une PAC plus durable

La fédération européenne des mouvements d’agriculture biologique a demandé à Bruxelles de mettre l’accent sur la qualité de la production agricole et non pas sur sa compétitivité, lors de la prochaine PAC.

Subscribe to our newsletters

Subscribe