L’UE se prépare à lutter contre la concurrence déloyale des compagnies aériennes du Golfe

Emirates Airbus A380

Un A380 d'Emirates Airlines atterrit à l'aéroport de Birmingham. [Martin Hartland/Flickr]

La commissaire aux transports a déclaré vouloir reprendre les négociations avec les pays du Golfe persan, après que Paris et Berlin ont tiré la sonnette d’alarme sur la concurrence déloyale des compagnies aériennes du Qatar, d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis.

Les transporteurs du Golfe sont en compétition avec les compagnies européennes pour les vols internationaux. Certains observateurs estiment que les aides qu’ils touchent créent des distorsions du marché, au détriment de la compétitivité des compagnies européennes et américaines.

Les compagnies du Qatar, d’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ont reçu 39 milliards d’euros d’aides d’État de leurs gouvernements respectifs depuis 2004, selon une étude réalisée pour les trois grandes compagnies américaines, American Airlines, Delta Airlines et United Airlines.

Cette étude indique que les transporteurs du Golfe ont ainsi bénéficiés de prêts sans intérêts, de terrains gratuits et de droits aéroportuaires faibles, entre autres. Ces avantages leur ont permis de développer leurs flottes et leurs trajets, tout en « distordant le marché de l’aviation commerciale et en détournant le trafic mondial vers leurs centres d’affaires ».

Demande franco-allemande

Alain Vidalies, secrétaire d’État français aux Transports, et son homologue allemand, Alexander Dobrindt, se sont plaint de la situation lors d’une réunion des ministres des transports à Bruxelles le 13 mars.

« Les compagnies aériennes européennes perdent du terrain face aux transporteurs du Golfe à cause de pratiques de concurrence déloyales, et en particulier à cause des garanties et des aides publiques conséquentes dont ils jouissent », ont-ils déclaré dans un communiqué commun après la réunion.

Paris et Berlin ont donc demandé à la Commission européenne de mettre un terme à ces pratiques en adoptant une stratégie commune pour le contrôle de la conformité des activités des compagnies étrangères au droit européen.

Les Pays-Bas, la Belgique, la Suède et l’Autriche ont appuyé cette demande, assurent les ministres.

La Commission s’empare de l’affaire

Violeta Bulc a expliqué que les négociations entre les pays du Golfe et l’ancien commissaire aux transports, Siim Kallas, n’avaient pas abouti. La commissaire va à présent demander aux États membres de lui donner un nouveau mandat, afin de limiter les aides d’État perturbant le marché de l’aviation, non seulement de la part des États du Golf, mais aussi de la Chine, du Brésil et de la Turquie.

« En Europe, nous avons un bon marché de l’aviation interne, mais nous perdons des parts de marché en ce qui concerne les vols internationaux. Nous devons nous assurer d’être compétitifs sur d’autres marchés, et le dumping social fait partie de cette question », a pour sa part déclaré Anrijs Matiss, ministre letton des Transports. La Lettonie occupe actuellement la présidence tournante de l’UE.

Les pays européens ont également demandé la révision d’autres instruments, comme une nouvelle loi contre les aides d’États et les pratiques tarifaires déloyales faussant le marché du transport aérien, afin d’éviter toute concurrence déloyale à l’avenir.

Toute négociation future ou proposition législative sera inclue dans le cadre du paquet sur l’aviation que la Commission souhaite présenter dans la seconde moitié de l’année. Violeta Bulc a précisé que la compétitivité du secteur des transports et les initiatives à prendre seront abordées lors d’une conférence commune organisée par la Commission européenne et le Parlement européen en juin.

>> Lire aussi : Le chantier de la modernisation de l’espace aérien européen démarre

Le trafic aérien mondial devrait augmenter au rythme de 5 % par an ces 20 prochaines années, selon Boeing. Pour l'Europe, le constructeur américain s'appuie sur l'analyse des tendances pour prévoir une croissance annuelle de 3,5 %.

Les compagnies aériennes européennes devraient cependant se renforcer dans les années à venir. Le nombre de compagnies est toujours plutôt élevé comparé aux États-Unis, par exemple. Ce renforcement sera probablement stimulée davantage par la concurrence féroce des transporteurs « low-cost » et des compagnies du Moyen-Orient. 

  • 4 juin 2015 : Fin de la consultation de la Commission sur le paquet de l'aviation.
  • 11 juin 2015 : Réunion des ministres des transports européens.
  • Deuxième semestre 2015 : Présentation du paquet sur l'aviation.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.