Le Sénat tchèque ne veut pas de quota minimum sur les produits alimentaires nationaux

Le projet d'amendement de la loi sur l'alimentation est maintenant renvoyé à la Chambre des députés, a rapporté l'agence de presse tchèque. [yakub88/Shutterstock]

La chambre haute du Parlement tchèque, connue sous le nom de Sénat, a rejeté la proposition selon laquelle les épiceries d’une superficie supérieure à 400 mètres carrés seraient tenues de vendre un quota minimum de produits alimentaires tchèques jeudi (18 mars).

Le projet d’amendement de la loi sur l’alimentation est maintenant renvoyé à la Chambre des députés, a rapporté l’agence de presse tchèque.

Les sénateurs ont proposé que la chambre basse supprime cette partie controversée du projet. Le quota obligatoire sur les aliments d’origine tchèque a été adopté par la Chambre des députés en janvier, mais la Chambre basse ne devrait pas le soutenir à nouveau car les députés du plus grand groupe de la Chambre, le parti ANO, devraient écouter leur chef, le Premier ministre Andrej Babiš, qui est contre le quota.

La Commission européenne a averti que la République tchèque pourrait être poursuivie en justice si elle adoptait le quota, car la nouvelle loi pourrait fausser la concurrence non seulement en République tchèque, mais aussi dans l’Union européenne.

Cependant, les partisans d’un tel quota affirment que la pandémie actuelle a montré que la République tchèque devrait être plus autosuffisante dans la production de produits alimentaires.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer