Publicité : L’acquisition de DoubleClick par Google alarme les consommateurs [FR]

A la suite de l’acquisition du leader mondial de la publicité graphique en ligne DoubleClick, par Google, qui domine le marché de la publicité contextuelle sur Internet, des organisations de défense du consommateur ont demandé à la commission européenne de prendre en compte leurs inquiétudes en matière de respect de vie privée lorsque l’affaire serait examinée.

Dans une lettre adressée à la commissaire chargée de la concurrence, Neelie Kroes, dont EURACTIV a lu le contenu, des organisations européennes de défense du consommateur dirigées par le BEUC, ont exprimé leurs préoccupations quant au fait que la fusion proposée « pourrait avoir un impact négatif sur la sélection de contenu en ligne disponible aux consommateurs et sur le respect de la vie privée« .

Les organisations pointent du doigt les Lignes directrices sur l’appréciation des concentrations horizontales de la Commission datant de 2004, selon lesquelles le contrôle des fusions vise à « empêcher la réalisation des opérations qui priveraient les clients des avantages de la concurrence effective ». Les organisations poursuivent en déclarant que « selon les informations dont elles disposent, il semblerait qu’avec cette acquisition de DoubleClick, Google deviendrait un monopole sur le marché de la publicité en ligne, empêchant alors toute concurrence et suscitant des préoccupations en matière de respect de la vie privée par rapport au contrôle des données sur les consommateurs ». 

L’acquisition de l’entreprise spécialisée dans la publicité en ligne, DoubleClick, par Google pour une valeur de 3,1 milliards de dollars donnerait lieu à la fusion de deux entreprises dominantes sur les marchés pour deux types de publicité en ligne, la publicité contextuelle (Google) et graphique (DoubleClick). L’acquisition a également été examinée par la Commission fédérale du commerce des États-Unis d’Amérique.

Les organisations de défense du consommateur font état des parts de marché extrêmement élevées des deux entreprises dans leurs sous-marchés de la publicité respectifs, concluant qu’après la fusion, « il sera pratiquement impossible pour les utilisateurs…d’éviter tous les sites Internet comportant des publicités Google/DoubleClick ».

Parmi les inquiétudes figurent également celles relatives au respect de la vie privée. Dans leur lettre adressée à la commissaire, les organisations écrivent : « La fusion de Google et DoubleClick implique que pour la première fois, une seule entreprise obtiendra et exploitera des quantités considérables d’informations personnelles sur les utilisateurs, en élaborant des profils d’utilisateurs lors qu’ils entreprennent une recherche, en exploitant leurs données lorsqu’ils utilisent des services et des applications Internet, en les observant et en contrôlant les sites qu’ils visitent à travers le web ».

L’entreprise de logiciels Microsoft a critiqué la fusion Google-DoubleClick pour des rasions semblables à celles des organisations de défense du consommateur. Brad Smith, conseiller général de Microsoft, a déclaré : « Cette proposition d’acquisition suscite de sérieuses préoccupations en matière de concurrence et de respect de la vie privée car elle donne à la fusion Google-DoubleClick un contrôle sans précédent dans la distribution de publicités en ligne et l’accès à un nombre considérable d’informations sur les consommateurs en contrôlant ce que les clients font en ligne ».

Le groupe Article 29 de commissaires à la protection des données provenant de tous les Etats membres examine actuellement les pratiques de stockage de données de Google et d’autres opérateurs de moteurs de recherche.

Subscribe to our newsletters

Subscribe