Les pêcheurs grecs souffrent de la concurrence turque

shutterstock_582073030 [Shutterstock]

Les pêcheurs grecs peinent à concurrencer leurs homologues turcs, dans un contexte tendu d’accusation de concurrence déloyale. Un article de notre partenaire, Italia Oggi.

La guerre entre les pêcheurs grecs et turcs en haute mer a commencé en juillet dernier. Les touristes avaient alors déserté la Turquie, après la tentative de coup d’État contre le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, qui a aussi créé une dévaluation de la livre turque.

Concurrence accérée

Depuis, les pêcheurs turcs ont commencé à exporter leurs prises moins cher que leurs collègues grecs, créant ainsi une concurrence amère entre les deux pays.

Sur l’île grecque de Kalymnos, dans le Dodécanèse, les fermes piscicoles ont vue sur la côte turque. Jusqu’ici, la Grèce exportait 85 % de son poisson. Chaque semaine, 2 000 tonnes de brèmes et de bars sont envoyés vers plus de 30 pays. Les Grecs s’inquiètent cependant du succès croissant des Turcs, qui pourraient empiéter sur leurs ventes.

Chute du tourisme

En Turquie, 90 % de la pêche était consommée sur place, grâce à l’industrie du tourisme, qui régale les étrangers de poisson grillé ou à l’étuvée. La disparition des touristes, découragés par la situation du pays, a donc ouvert la voie à l’exportation du poisson. En outre, la récente perte de vitesse de la lire a fait chuter les prix sur le marché interne.

L’État turc finance le transport aérien de poisson, ce qui est interdit en Grèce, parce que cela contreviendrait aux règles européennes sur les aides d’État. Le transport représente donc un coût majeur pour les pêcheurs grecs.

Thanassis Skordas, qui dirige Selonda,  l’une des plus grandes exploitations piscicoles d’Europe, estime que le prix du poisson turc constitue de la concurrence déloyale. Selonda s’en tire cependant bien, parce qu’elle s’est ouverte aux exportations vers les États-Unis, ce qui les a augmenté de 31,6 %. Les frais de production ont aussi baissé de 8 % en 2016.

Comme son concurrent Nireus, Selonda compte parmi ses actionnaires quatre des principales banques du pays. Celles-ci sont à présent forcées de vendre pour restructurer leur dette et participer à la résolution des problèmes financiers de la Grèce. Nombre de fonds d’investissements, ainsi que des entreprises chinoises et américaines ont déjà exprimé leur intérêt.

Les investisseurs espèrent cependant que la guerre de la concurrence avec la Turquie ne durera pas et que les producteurs grecs écouleront leurs prises grâce au tourisme. Cet été, le pays devrait en effet être visité par 30 millions de personnes, un record depuis 2004, quand Athènes avait accueilli les Jeux olympiques.

Les Vingt-huit toujours à la traîne en matière de pêche durable

Les 28 Etats membres de l’UE ont trouvé, dans la nuit du 13 au 14 décembre, un accord sur les quotas de pêche 2017, qui ne respecte le rendement maximum durable que pour une petite partie des stocks. Un article de notre partenaire le JDLE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.