Premiers parcs éoliens sans subventions aux Pays-Bas

Parc éolien offshore Egmond aan Zee aux Pays-Bas. [Vattenfall]

Les Pays-Bas ont octroyé à Vattenfall deux contrats pour les premiers parcs éoliens au monde à être entièrement construits sans fonds publics.

Le gouvernement néerlandais a annoncé que son appel d’offres pour des éoliennes offshore sans subventions avait porté ses fruits et que la société suédoise Vattenfall construirait deux installations dans la mer du Nord d’ici 2022.

Bien que le gouvernement ait pris certains risques comme la connexion des parcs éoliens au réseau électrique du pays, l’offre retenue implique que le pays vendra l’électricité produite sur le marché de gros plutôt que de se fier à des plans de stabilisation des prix.

Le déclin du nucléaire se confirme

Avec un seul réacteur entré en construction en 2017, le développement de l’énergie nucléaire semble avoir atteint sa limite, selon le World Nuclear Industry Report 2017.

Giles Dickson, le PDG de WindEurope, a félicité le gouvernement pour la minimisation des risques et le prix plancher fixe établi pour le carbone. Selon lui, cela « montre que les offres sans subventions sont possibles dans certains marchés et pour certaines entreprises et non lorsque les gouvernements endossent une part des risques liés à un projet ».

Les États membres de l’UE sont encore en train d’élaborer des plans énergétiques nationaux essentiels pour la mise en œuvre de l’accord de Paris et le calcul des objectifs climatiques post-2020. Les négociateurs devraient se rencontrer le 27 mars pour discuter de la réforme de la législation sur les énergies renouvelables. Les projets nationaux joueront un rôle important dans la mise en œuvre de cette dernière.

Lors du sommet annuel de l’entreprise SolarPower Europe, Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission chargé de l’Union de l’énergie, a appelé les États membres à « faire leur part du travail ». Le commissaire slovaque fait actuellement le tour des capitales européennes pour pousser les gouvernements nationaux à déployer plus d’efforts.

La baisse des prix des énergies renouvelables devrait convaincre les États membres à « revoir les objectifs de leurs plans nationaux à la hausse. L’éolien offshore est un excellent moyen de les aider à ce niveau », estime Giles Dickson.

L’objectif d’énergies renouvelables de 27 % devrait être revu à la hausse

Selon une nouvelle étude de l’IRENA, l’Europe pourrait poursuivre un objectif plus ambitieux de 34 % d’énergies renouvelables pour 2030, tout en maintenant les coûts à un niveau abordable.

L’Allemagne était en bonne voie pour être le premier pays à commencer à exploiter des éoliennes sans subventions, après un appel d’offres important l’année dernière. Cependant, ces contrats ne débuteront qu’en 2024-2025, environ trois ans après les parcs éoliens Hollandse Kust Zuid, exploités par Vattenfall.

Cependant, les deux pays auront encore du mal à atteindre leurs objectifs de 2020 en matière d’énergies renouvelables. Selon les données d’Eurostat publiées en janvier, seulement 5,8 % de l’énergie produite par les Pays-Bas provenaient de sources renouvelables en 2015, contre un objectif de 14 %.

Part de l’énergie provenant de sources renouvelables dans les États membres de l’UE. [Eurostat]

La directive européenne sur les énergies renouvelables (RED) permet aux États membres de conclure des accords de transferts statistiques, un mécanisme qui permet de permuter certains volumes d’énergie renouvelable d’un pays à l’autre pour atteindre les objectifs globaux. Ainsi, les États membres retardataires peuvent acheter des capacités excédentaires auprès des États membres les plus performants.

Le Luxembourg a été le premier à avoir appliqué ce mécanisme en octobre 2017, date à laquelle il a versé environ 10 millions d’euros à la Lituanie, qui a déjà rempli son objectif 2020 en 2015.

Le mécanisme ne prévoit cependant pas le transfert physique de l’énergie, uniquement le transfert de données statistiques. L’énergie verte consommée en Lituanie sera donc comptabilisée au Luxembourg.

Troc d’énergies renouvelables entre la Lituanie et le Luxembourg

La Lituanie et le Luxembourg sont devenus les premiers pays européens à organiser un transfert statistique d’énergie renouvelable, qui devrait permettre au Grand-Duché d’atteindre ses objectifs pour 2020.

Supporter

Life Tackle

Life Programme

LIFE TACKLE est cofinancé par le programme LIFE Gouvernance et information en matière d’environnement de l’Union européenne - Référence LIFE17 GIE/IT/000611



Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.