Comment la Chine a précipité les recycleurs de papier européens dans la crise

La Chine a interdit toute importation de déchets. Le secteur de recyclage de papier européen se retrouve en surproduction chronique de papiers recyclés, dont le prix a chuté de 300 % en deux ans.

En juillet 2017, la Chine a notifié l’OMC qu’elle interdirait les importations de 24 catégories de déchets à partir de janvier 2018, dont les plastiques et les papiers mélangés, et prévoyait un arrêt total des importations d’ici à 2019, à cause de préoccupations environnementales.

Certaines entreprises européennes de recyclage ont essayé de voir le bon côté des choses en qualifiant l’interdiction chinoise de « sonnette d’alarme » et « d’opportunité ». Mais la réalité s’est avérée beaucoup plus complexe.

En 2018, l’Europe a collecté en moyenne 56,5 millions de tonnes de papiers recyclés, utilisant environ 48,5 millions de tonnes pour sa propre production, selon la Confédération européenne des industries du recyclage (EuRIC).

L’écart entre l’approvisionnement et la demande de papiers recyclés s’élève donc à plus de huit millions de tonnes en Europe, a indiqué la Confédération dans un communiqué, le 26 août.

« L’absence de débouchés pour huit millions de tonnes de papiers recyclés ces deux dernières années a provoqué la chute libre des prix du papier recyclé dont le prix du marché est 300 % plus bas en juin 2019 qu’en juin 2017 », explique l’EuRIC.

« Le secteur du recyclage de papier est actuellement en crise », prévient la Confédération, qui affirme qu’un grand nombre d’entreprises actives dans la collecte et le recyclage de papier a dû fermer à cause de cela – une situation qui est « aux antipodes de l’objectif d’atteindre une économie plus circulaire. »

L’Europe s’embarque dans la croisade du recyclage des emballages

Les États membres devront recycler au moins 70 % des emballages d’ici 2030. Mais les mécanismes de recyclage sont  complexes et certains pays en retard.

« L’industrie du recyclage en Europe ne pourra pas supporter de telles conditions de marché pour une troisième année consécutive », prévient l’EuRIC, qui appelle les décideurs politiques à prendre des mesures d’urgence.

Selon des sources de l’industrie, la situation d’offre excédentaire sur le marché du papier européen n’est en rien une surprise et ne risque pas d’être inversée à court terme.

Environ la moitié du papier produit en Europe provient de matériaux recyclés, assure la Confédération européenne des industries du papier (CEPI), un groupe professionnel. Et même si de nouvelles installations de recyclage sont en train d’être construites en Europe, elles ne seront opérationnelles que dans deux à cinq ans.

La décision de la Chine de restreindre les importations « a été annoncée il y a des années et n’est une surprise pour personne », indique la CEPI, rejetant la faute sur la « spéculation court-termiste »  des négociants et des entreprises de gestion des déchets qui « étaient obsédés par le passé par les attractifs marchés asiatiques. »

« Cela montre la nécessité de mettre l’accent sur la qualité et le travail avec une approche qui tienne compte de toute la chaine d’approvisionnement. »

Le marché du papier européen était autrefois équilibré avant que la Chine commence à importer des quantités massives de papiers recyclés depuis l’Europe. Cela a mené à une demande excessive sur le marché du papier européen dans les années 2000, a expliqué la CEPI, qui espère que la situation reviendra à la normale dans quelques années.

« Nous sommes moins inquiets car nous savons que l’industrie du papier investit énormément dans de nouvelles capacités de recyclage. Il risque d’y avoir des turbulences sur le marché à court terme, mais pour le long terme (2 ou 5 ans), nous sommes confiants », a déclaré Ulrich Leberle, responsable des matières premières à la CEPI.

L'industrie du recyclage de papier souffre des règles climatiques européennes

La législation européenne en matière de climat fait perdre au moins 40 % de leurs bénéfices aux entreprises de recyclage de papier,  a déclaré un responsable de l’industrie.

Avant l’interdiction des importations de la Chine, « les entreprises ne pouvaient plus investir dans les capacités de recyclage parce que la demande concurrentielle pour les produits recyclés en provenance de Chine était trop forte », a-t-il expliqué, tout en ajoutant que ce n’était plus le cas (maintenant).

Selon la CEPI, plusieurs installations de recyclage représentant des investissements d’au moins un demi-milliard d’euros chacune sont actuellement en cours de réalisation, pour une capacité totale de plus de cinq millions de tonnes. Il est cependant probable que l’offre sur le marché reste excédentaire jusque-là.

« Ce papier sera au final absorbé en Europe », a déclaré M. Leberle. « Et en ce qui concerne les exigences de qualité, c’est un signal positif que de fournir à l’industrie européenne du papier bien collecté plutôt que d’exporter des déchets mélangés vers la Chine, qui, de toute façon, finit par être mis en décharge parce que l’industrie chinoise ne peut pas l’utiliser non plus ».

Supporter

Life Tackle

Life Programme

LIFE TACKLE est cofinancé par le programme LIFE Gouvernance et information en matière d’environnement de l’Union européenne - Référence LIFE17 GIE/IT/000611



Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.