Journée décisive au Parlement européen sur la prévention des déchets [FR]

Les députés européens procèdent aujourd’hui (12 février 2007) au vote en plénière de deux rapports : le premier vise pour la première fois à fixer des objectifs contraignants pour la prévention des déchets; le deuxième met l’accent sur la stratégie à long terme de l’UE sur les déchets.

Les rapports adoptés par la commission Environnement du Parlement le 28 novembre 2006 prévoyaient:

  • des dispositions relatives à une « hiérarchisation des déchets en 5 catégories », qui privilégie la prévention, la réutilisation et le recyclage par rapport à l’enfouissement des déchets;
  • des objectifs sur la prévention des déchets visant à stabiliser la production de déchets d’ici 2012 au niveau de production de 2008; 
  • un rejet de la proposition de la Commission visant à reclassifier l’incinération d' »élimination » à « valorisation » pour la production de l’énergie. 

La question des déchets est un problème croissant au sein de l’UE, qui produit plus de 500 kg de déchets par personne chaque année, un chiffre qui dépasse la croissance du PIB. Les déchets municipaux ont augmenté à eux seuls de 19% entre 1995 et 2003. 

Les groupes écologistes recommandent de fixer des objectifs de recyclage à échelle européenne et de conserver la classification « opération d’élimination » pour l’incinération. Selon Michael Warhurst des Amis de la Terre Europe, »Grâce à leurs voix, les députés européens ont une grande opportunité de développer le recyclage dans toute l’Europe, méthode qui – contrairement à l’incinération – réduirait les émissions de gaz à effet de serre et optimiserait l’utilisation des ressources. Nous devons faire en sorte de ne pas brûler ou enterrer ce qui peut être réutilisé, recyclé ou composté. »

Par ailleurs, un groupe de dix organisations industrielles en Europe a adressé une lettre au Parlement afin d’exprimer ses préoccupations concernant la hiérarchisation des déchets, qu’il considère trop rigide: « La hiérarchisation doit être appliquée de manière pragmatique et flexible étant donné que chaque situation, chaque produit ou chaque volume de déchets peuvent être différents. Exiger davantage d’analyses, qui sont coûteuses, en plus de celles prévues par les programmes de gestion des déchets est inutile et ne permettra pas une gestion des déchets plus efficace, » estime un porte-parole du groupe. 

Subscribe to our newsletters

Subscribe