La Convention citoyenne pour le climat plaide pour une relocalisation des secteurs stratégiques

La Convention citoyenne pour le climat plaide notamment pour un retour aux circuits courts. [Shutterstock/Kiattikun Kaewmaneechot]

La Convention citoyenne pour la transition écologique prend la parole aujourd’hui de manière inattendue sur la sortie de la crise sanitaire. L’une de ses membres, Amandine, explique la démarche de l’instance française. Un article de notre partenaire, la Tribune.

Membre de la Convention citoyenne pour le climat, Amandine, 26 ans, vit à Paris et travaille dans la culture. Elle a été choisie par tirage au sort pour représenter ses concitoyen.ne.s auprès du comité de gouvernance entre la 6e et la 7e session de travaux. À ce titre, elle explique à La Tribune le sens de la première contribution collective publiée aujourd’hui par la Convention : une prise de parole sur la crise et le monde d’après.

Pourquoi et comment avez-vous décidé de vous exprimer sur la crise liée au coronavirus ?

Nous sommes 150 citoyen.ne.s tiré.e.s au sort, avec le mandat de réfléchir à des mesures pour réduire de 40 % les émissions de CO2 de la France en 2040. Or, un certain nombre d’entre nous s’est rendu compte que la crise actuelle pousse beaucoup de Français et Européens à rejoindre notre réflexion, elle aussi, au fond, axée sur le monde d’après. C’est un moment crucial où de nombreuses interrogations surgissent, mais où beaucoup de cartes peuvent aussi être rebattues. Un moment d’entrée en résonance avec l’ensemble des Français.es, où nous pouvons commencer à faire passer certains de nos messages.

Grâce aux expert.e.s qui nous accompagnent, nous avons aussi pris conscience d’un enjeu stratégique : les décisions qui vont être prises maintenant pour le pays auront un impact de très long terme. Comment alors faire en sorte que le climat soit pris en compte ? Nous avons ainsi ressenti la nécessité d’un sursaut en amont de la publication de l’ensemble de nos travaux, qui était prévue à la mi-avril, mais a été retardée par le confinement, et dont la date reste pour le moment indéfinie.

Quelles sont vos principales préoccupations pour l’après-crise ?

Nous craignons surtout qu’on ne cherche qu’à revenir à la situation d’avant, qu’on refuse de faire le pas de plus pour lequel nous plaidons que l’urgence climatique soit reléguée à plus tard, car considérée comme moins urgente que d’autres. Nous craignons aussi que nos travaux passent à la trappe, qu’ils n’aient pas assez d’écho malgré le temps et l’énergie que nous y avons consacrés.

Comment justement concilier la réflexion sur le monde d’après avec l’urgence de la sortie des crises sanitaire et économique ?

C’était justement l’un des principaux enjeux de cette prise de parole. Parmi les nombreuses propositions élaborées dans le cadre de notre mandat par nos cinq groupes de travail (« consommer », « produire et travailler », « se loger », « se nourrir », « se déplacer »), certaines impliquent des transformations de très long terme. Mais nous avons sélectionné celles qui peuvent être mises en œuvre rapidement, à l’aune de trois critères : la relance économique, la réduction des gaz à effet de serre et l’amélioration de la santé comme du bien-être collectif.

Quelles sont ces mesures ?

Puisqu’elles n’ont pas encore été votées en Assemblée, nous avons décidé de les communiquer seulement au gouvernement. Mais nous avons également rédigé une tribune qui évoque les principaux chantiers et qui, elle, s’adresse à l’ensemble des Français.es.

L’impact de l’homme sur la nature serait bien à l’origine des épidémies

D’après une étude, la chasse, la pêche et l’exode rural contribuent à l’érosion rapide de la biodiversité et augmentent le risque de transmission de virus dangereux des animaux aux humains, comme le COVID-19. Un article de notre partenaire, The Guardian.

Quels sont alors les principaux chantiers du monde d’après ?

Plusieurs de nos propositions pour la sortie de crise portent sur des facteurs de mobilité plus propre. Il nous semble également nécessaire de revoir notre manière de nous nourrir et, plus globalement, de produire, en mettant en œuvre des formes de relocalisation et en accordant une préférence aux circuits courts. La rénovation écologique des bâtiments est un autre chantier qui peut être mis en place rapidement et contribuer grandement tant à la relance économique qu’à la réduction des gaz à effet de serre.

Vous insistez sur la relocalisation. Mais à quelle échelle justement réorganiser le monde d’après : nationale, régionale, européenne ?

Tout dépend du secteur, de l’industrie… et plusieurs niveaux s’imbriquent. Depuis les débuts de nos travaux, nous sommes conscient.e.s des limites de notre mandat, purement national. En matière climatique, l’échelle européenne, voire mondiale, est en effet fondamentale.

Mais l’épidémie du coronavirus nous a aussi montré à quel point, pour des produits aussi fondamentaux que ceux sanitaires, nous sommes redevables à d’autres pays, au prix d’ailleurs d’importantes externalités négatives. C’est une dépendance qui nous interroge. Nous appelons donc à redéfinir nos secteurs stratégiques et, au moins pour ceux-ci, à relocaliser une partie de la production.

Appelez-vous à une remise en cause radicale de la mondialisation ?

Il est certain que nos travaux nous ont amené.e.s à interroger le schéma de la mondialisation, et à penser un autre modèle, des modalités de croissance plus vertueuses voire de décroissance. Nous remettons effectivement en cause les grands mécanismes du commerce international. Et il est aussi tentant de faire un parallèle entre les effets négatifs de la mondialisation sur la diffusion du virus et sur le climat. Nous n’en appelons pourtant pas au protectionnisme.

Une partie de nos membres sont des frontalier.es., qui nous ont témoigné de leur sentiment terrible de repli national en ce moment de crise, où chaque État déploie sa stratégie. Une telle approche nous inquiète aussi concernant le climat. Nous espérons que le projet du Pacte vert européen tienne, même si nous souhaitons qu’il aille au-delà du simple financement de la transition, qu’il exprime également une communion d’objectifs.

L’enjeu du financement va justement être au centre des plans de relance. Quelle est votre position à ce propos ?

Nous avons eu la chance d’avoir beaucoup d’explications de la part d’expert.e.s sur les investissements bruns et verts. Sur ce point, nous sommes unanimes : il faut réduire voire arrêter les premiers. Même si nous ne rejetons pas la finance internationale dans son ensemble, nous demandons à ce que les investissements soient bien orientés. Dans l’automobile par exemple, nous souhaitons qu’on soutienne surtout le développement de véhicules propres. Nous en sommes toutefois conscient.e.s : la relance ne pourra pas être que verte, il faudra aussi tenir compte d’autres nécessités. Mais l’environnement doit être pris en compte.

Les particules fines, puissant cofacteur du Covid-19

Le risque de décéder de la Covid-19 est étroitement lié à l’exposition à la pollution de l’air, confirme une étude menée par l’université de Harvard. Un article de notre partenaire le JDLE.

Quelles leçons tirer du confinement ?

La situation est évidemment très difficile pour tout le monde. Mais c’est quand même heureux de constater que des choses qu’on pensait infaisables deviennent possibles face à la contrainte. L’engouement pour les circuits courts montre par exemple une prise de conscience énorme de la richesse de ce que l’on fabrique. On assiste partout à des élans de solidarité et de créativité. Cela redonne confiance : les gens sont prêts au changement. Il s’agit maintenant de réfléchir à comment faire perdurer cela sans imposer des contraintes aussi radicales.

Si les Français se sont adaptés à ces contraintes, c’est parce qu’elles sont temporaires, et parce qu’ils partagent l’objectif primaire de sauver des vies. Mais comment créer le consensus autour de l’urgence climatique ?

Notre mission c’est justement d’avertir, afin d’éviter qu’il ne faille arriver à une situation dramatique avant que ce consensus ne se crée. Nous nous devons également de formuler nos propositions de la manière la plus consciencieuse et pertinente possible, afin d’inciter l’État à prendre les décisions les plus efficaces, puis de continuer de les promouvoir, y compris à l’échelle des territoires.

Quelle réponse attendez-vous des pouvoirs publics ?

Nous souhaitons au moins un avis de réception. Mais ils sont libres de prendre cela en compte comme ils le peuvent dans la situation actuelle. La nôtre n’est qu’une contribution.

À quand le reste de vos travaux ?

Nous espérons encore pouvoir tenir une session physique en juin, où nous pourrions voter solennellement toutes nos mesures. Mais tout est encore incertain, et d’autres options surgissent : voter virtuellement à distance, reporter tout à septembre…

Comment conserver une place au regard citoyen dans la durée, une fois que la Convention citoyenne sera clôturée ?

Nous y réfléchissons depuis le début de nos travaux. Nous avons en effet une très grande responsabilité, car on ne nous a pas seulement confié de réfléchir à un sujet lourd de sens, mais aussi de mener à bien le premier exercice démocratique de ce type en France. Si nous échouons, si nos propositions ne sont pas abouties ou pertinentes, l’échec sera double. Mais si nous réussissons, il pourrait y avoir d’autres instances comme la nôtre sur d’autres sujets citoyens. Certaines de nos mesures vont justement dans ce sens : nous proposons que le suivi de leur mise en œuvre soit en partie confié à d’autres citoyen.ne.s tiré.e.s au sort. Et notre prise de parole aujourd’hui est en ce sens primordiale : une première expression collective de 150 citoyen.ne.s.

Le HCSP recommande de ne pas désinfecter les rues

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande de ne pas nettoyer les rues avec un produit désinfectant ou détergent, pour éviter les risques sur les travailleurs et l’environnement. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
CONTRIBUER