La France présente son plan biodiversité

La forêt, un puits de carbone.

Le nouveau plan biodiversité prévoit un bilan net zéro pour l’artificialisation des sols, la suppression progressive des plastiques jetables ou encore la transparence sur l’usage des pesticides. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement

Comprenant près de cent mesures, ce plan biodiversité, annoncé en mai par le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, affichera notamment l’objectif de « zéro artificialisation nette » des sols, a-t-il détaillé dans une interview accordée au quotidien Le Parisien. Comprendre : pour toute surface artificialisée, une surface équivalente devra être « désartificialisée ».

La France empêtrée dans ses contradictions sur le climat

Si le président Macron agit pour la diplomatie climatique, l’action du gouvernement Philippe défend surtout les intérêts industriels.

 

 

Le plan devrait aussi compter la création ou l’extension de 20 réserves nationales d’ici la fin du quinquennat, en 2022. Mercredi 4 juillet est d’ailleurs présentée la future charte d’un parc national des forêts, créé sur le plateau de Langres, entre les régions Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté (voir encadré).

Dans un communiqué, France Nature Environnement dénonce l’absence d’ambition de ce futur parc national des forêts. Selon l’association, qui demande à « remettre l’ouvrage sur le métier », il y restera « possible de continuer à pratiquer des activités de chasse à courre, de coupe de bois ou de culture intensive de maïs ».

Vers la fin du plastique à usage unique ? 

Autre mesure annoncée, le lancement d’ici à la fin de l’année d’un plan national d’actions pour la protection des cétacés. Toujours côté mer, le plan devrait prévoir la suppression progressive de 12 objets plastiques à usage unique, dont les pailles et les touillettes, déchets prépondérants dans les océans mondiaux. Une mesure qui reprend la proposition de directiveprésentée fin mai par la Commission européenne.

Des pesticides présents dans trois-quarts des fruits en France

Alors que l’avenir du glyphosate fait toujours débat en Europe, une nouvelle étude de l’ONG Générations futures révèle que 72,6 % des fruits non bio contiennent des résidus de pesticides en France.

Côté terre, le plan biodiversité devrait obliger les collectivités à afficher la quantité de pesticides utilisée sur leur territoire. Quant à la réduction de leur usage, elle demeure du ressort du plan Ecophyto, pour l’instant sans grand résultat. Nicolas Hulot annonce par ailleurs le versement de 50 millions d’euros pour le soutien à l’agriculture bio, ainsi que des aides aux « agriculteurs qui auront des pratiques vertueuses ».

Un lancement interministériel 

Le plan a été annoncé à 18 h 30 dans la Grande galerie de l’évolution (Jardin des plantes, Paris) par le Premier ministre Édouard Philippe, à l’issue du Comité interministériel de la biodiversité en charge de son adoption. Outre Nicolas Hulot, il était entouré de 15 ministres.

Lors de sa préparation, le plan a fait l’objet d’une consultation citoyenne sur un site internet dédié. Avec succès : close le 10 juin, elle a obtenu plus de 25.600 contributions et plus de 92.000 votes. Les attentes sont donc fortes, alors que le bilan du gouvernement ne consiste, pour l’instant, qu’en l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes et en l’inscription de la protection de l’environnement dans la Constitution.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer