La Nouvelle-Calédonie interdit les plastiques jetables

Le congrès de Nouvelle-Calédonie a voté, le 27 décembre, la disparition de la plupart des objets en plastique à usage unique d’ici 2020. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Dès le 1er juillet 2019, la Nouvelle-Calédonie sera débarrassée des sacs de caisse en plastique à usage unique, des sacs non biosourcés et des cabas réutilisables en plastique. Deux mois plus tard, l’interdiction visera les gobelets, verres, tasses, assiettes, pailles, et cotons-tiges en plastique.

En mai 2020, la collectivité dira adieu aux barquettes alimentaires utilisées dans les commerces et les livraisons. Par ailleurs, toute importation de sacs de substitution est interdite, leur production étant réservée à l’industrie locale. Une mesure qui avait obtenu un avis négatif, en octobre dernier, de l’autorité locale de la concurrence.

Un fléau pour le lagon

« Dix ans après avoir inscrit notre lagon au patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco, il était urgent d’agir face au fléau que représente pour l’environnement la pollution des produits en plastique », a expliqué Calédonie Ensemble, le parti de droite modérée à l’origine du projet. La mesure a également été adoptée par les indépendantistes tandis que les deux groupes affiliés aux Républicains se sont abstenus, au nom de « la non-préparation des industriels locaux ».

« Il était temps, le plastique est un fléau en Nouvelle-Calédonie. On en trouve dans les rivières, les mangroves, les forêts, le lagon », s’est félicitée Cécilia Royer de l’association écologiste Macamana, qui fabrique des cabas en toile de jute.

Selon le congrès, la Nouvelle-Calédonie consomme chaque année 60 millions de sacs en plastique, 40 millions de barquettes et 5 tonnes de pailles. La collectivité devance la directive européenne qui vise à interdire 8 objets en plastique à usage unique d’ici 2021.

Plastiques interdits: la liste du Parlement européen s’allonge

Les eurodéputés de la commission environnement étendent les interdictions visant les plastiques à usage unique. Ils visent aussi les emballages de la vente à emporter, les bouteilles et les mégots, explique notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.