La restauration rapide sommée de trier ses déchets

Pour la première fois, une étude pointe plus particulièrement la responsabilité de l’industrie des emballages plastique (37% des ventes alimentaires en Europe).

McDo et KFC font l’objet d’une plainte pour n’avoir pas respecté l’obligation de tri à la source des déchets. Un manquement d’autant plus grave que leur production de résidus augmente. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

La restauration rapide est soumise à un examen de conscience. Après les annonces règlementaires visant à réduire l’usage d’accessoires jetables en plastique (couverts, couvercles, etc.), Zero Waste a décidé de lui mettre la main dans ses déchets. La plainte déposée au TGI de Paris contre deux établissements parisiens de McDonald’s et KFC découle d’un rapport publié en mai 2017 par l’ONG. Celui-ci révèle que la production de déchets des 1.400 restaurants français de McDonald’s s’est accrue de 20% entre 2013 et 2015 tandis que leur taux de recyclage a baissé de 26,5 % à 25 % sur la même période.

Plastiques interdits: la liste du Parlement européen s’allonge

Les eurodéputés de la commission environnement étendent les interdictions visant les plastiques à usage unique. Ils visent aussi les emballages de la vente à emporter, les bouteilles et les mégots, explique notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Un tri obligatoire

Du laisser-aller dans la chaîne de fast-food ? Entreprises, commerces et administrations sont pourtant obligés de trier leurs déchets depuis le 1er juillet 2016 pour favoriser le recyclage de 5 flux : papier, métal, plastique, verre et bois. Une obligation assortie d’une sanction administrative de 150.000 euros et d’une peine de deux ans de prison et de 75.000 € d’amende.

L'UE prépare ses adieux aux plastiques à usage unique

Bruxelles va révéler son plan d’attaque contre les plastiques non réutilisables, dont la première version avait reçu un accueil mitigé.

Impasse des poubelles

Mais les deux établissements situés sur la place de la République, à Paris, ne disposent d’aucune poubelle de tri en salle. L’ouverture des bennes des enseignes a confirmé qu’aucun tri n’avait été effectué par la suite. Ces restaurants sont loin d’être une exception. « Seulement 76 fast-foods McDonald’s sur 1.400 pratiquent le tri en salle », affirme Zero Waste. Alors que l’enseigne produit en France 1 kilogramme de déchets d’emballages par minute, estime Thibault Turchet, responsable des affaires juridiques de l’association. De son côté, KFC affiche un retard encore plus grand. Elle n’a jamais envisagé la moindre expérimentation de tri, alors qu’elle compte ouvrir 300 restaurants d’ici 2025.

«Nous ne pouvons pas laisser nos océans disparaître sous le plastique»

La pollution était le thème principal du dernier sommet des Nations unies pour l’environnement. Le responsable environnement de l’ONU espère que cette rencontre fera enfin bouger dirigeants et entreprises.

Feuille de route

L’association, qui a également signalé ces abus au ministère de la transition écologique, propose une feuille de route à la restauration rapide. Outre le tri systématique à la source, elle préconise le recours à de la vaisselle réutilisable pour les plats servis sur place, qui représentent 50% des ventes. Economie directe : 15.000 tonnes de déchets par an. Autre conseil : supprimer les suremballages fournis en caisse et former les salariés aux enjeux de la réduction des déchets. Le secteur se décidera-t-il à les suivre ?

 

Contexte

Selon un rapport publié le 9 octobre par le collectif Breakfreefromplastic, Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont majoritairement responsables des déchets plastiques retrouvés dans l’environnement marin. Un résultat issu de l’analyse de 239 nettoyages de sites pratiqués dans 42 pays des 6 continents.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.