L’Allemagne s’engage à protéger les insectes

shutterstock_262155599 [Shutterstock]

La ministre fédérale de l’environnement a annoncé, le 17 février, un nouveau projet de loi visant à réduire l’usage des pesticides et à augmenter les fonds destinés à la recherche.

L’extinction de masse des insectes n’est pas passée inaperçue outre-Rhin. L’étude publiée le 11 février dans la revue Biological Conservation a en effet démontré qu’au niveau mondial, 41% des espèces d’insectes sont actuellement en déclin. Soit deux fois plus que les vertébrés. Une information qui confirme l’étude visant, en octobre 2017, l’entomofaune de 63 zones protégées allemandes, qui avait conclu à la disparition de 3 insectes sur 4 en près de 30 ans[1].

Les insectes, une hécatombe en cours

La disparition rapide des insectes constitue l’une des plus grandes extinctions de masse depuis l’apparition de la vie. Avec 41% d’espèces en déclin, la Terre perdrait chaque année 2,5% de sa biomasse, explique notre partenaire, le Journal de l’environnement.

C’est …

100 MILLIONS D’EUROS PAR AN

«Nous, êtres humains, avons besoin des insectes. Ils méritent d’être protégés par une loi spécialement conçue pour eux. Ce texte protègera non seulement les coléoptères et les bourdons terrestres mais surtout nous-mêmes», a déclaré la ministre de l’environnement Svenja Schulze (SPD) à l’hebdomadaire Bild. Le projet de loi, qui doit être présenté cette semaine, s’accompagne d’une enveloppe supplémentaire de 100 millions d’euros par an, dont le quart est alloué à la recherche sur les insectes.

BÉTONNAGE LIMITÉ

Surtout, le texte interdit d’ici 2050 le bétonnage de tout nouveau terrain pour la construction de lotissements ou de routes. Il vise aussi à restreindre l’éclairage nocturne pour éviter de désorienter les insectes.

GLYPHOSATE INTERDIT EN 2023

Le plan allemand prévoit également une réduction significative de l’utilisation des pesticides et «d’autres substances nocives pour les habitats des insectes», avec une sortie du glyphosate à partir de 2023. Pour mémoire, la licence de cet herbicide classé «cancérogène probable pour l’homme» par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a été ré-autorisée par l’Union européenne en 2017 pour 5 ans. Avant d’être validée, cette mesure doit d’abord obtenir l’accord de l’Union chrétienne-démocrate (CDU), le parti de la chancelière allemande Angela Merkel traditionnellement proche des agriculteurs.

CAP SUR LE BIO

Ce projet de loi devrait en tout cas être plébiscité par les citoyens allemands. Une pétition pour sauver les abeilles, organisée en Bavière la semaine dernière, a obtenu le nombre record d’1,75 million de signatures. Lancée par le parti écologiste ÖDP, elle demande que 20% des terres arables respectent les normes de l’agriculture biologique en 2025 (30% en 2030), que 10% des espaces verts soient transformés en prairies fleuries et que les cours d’eau soient mieux protégés des pesticides et des engrais. Le résultat de cette pétition déclenche légalement l’organisation d’un référendum dans les 6 mois.


[1] Entre le début des années 1990 et aujourd’hui

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.