L’aquaponie, ou comment combiner sécurité alimentaire et production locale

L’aquaponie est un système qui combine les poissons et les plantes dans un bassin. Les plantes se nourrissent des excréments des poissons, et c’est ce qui fait pousser la production. [Shutterstock]

Cet article fait partie de l'édition spéciale Les circuits courts démarrent lentement en Europe.

Associer l’élevage de poissons à la culture de plantes fournit aux consommateurs transparence et produits locaux. Après Berlin, plusieurs projets d’aquaponie se développent en Europe.

« Les consommateurs veulent connaître l’origine et le mode de production de leur nourriture ». C’est en partant de ce constat que Nicholas Leschke, directeur de ECF,  a développé sa société qui exploite des fermes aquaponiques.

« Cela va dans le sens de la tendance du bio, c’est-à-dire produire de la nourriture sans utiliser d’hormones, de pesticides ou d’antibiotiques », ajoute-t-il.

« Nous sommes adeptes de la transparence, nous organisons des visites où les gens peuvent tout voir et nous expliquons comment nous faisons nos produits. Nous vendons aussi directement aux consommateurs et aux supermarchés locaux, ce qui améliore encore l’exigence de transparence », dit Leschke.

L’aquaponie est un système qui combine les poissons et les plantes dans un bassin. Les plantes se nourrissent des excréments des poissons, ce qui dope la production.

Selon le très renommé Permaculture Research Institute, basé en Australie, l’aquaponie est un espoir pour l’agriculture biologique durable et la pisciculture. Les rejets des poissons sont recyclés et utilisés comme compost pour les plantes, au lieu d’être rejetés dans la nature. L’eau circule dans un système fermé, ce qui permet de l’économiser.

Leschke explique que l’agriculture classique est responsable de 70% de l’utilisation des ressources en eau et de 24% des émissions de gaz à effet de serre. 77% des ressources halieutiques mondiales gérées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture diminuent, sont surexploitées ou même épuisées – seul 1% de ces ressources se renouvèlent.

Comme le montre le nombre croissant de partisans dans le monde, l’aquaponie permet de réduire de manière considérable l’impact environnemental de la pisciculture classique.

Les opposant dénoncent les conditions d’élevage des milliers de poissons qu’on enferme ensemble dans un environnement artificiel, avec tous leurs déchets, dont les excréments, la nourriture non consommée et les poissons morts, le tout rejeté dans des eaux déjà menacées du point de vue écologique . Et ce aux dépense d’écosystèmes déjà fragiles.

Les déchets produits par le nombre excessif de poissons peut faciliter le développement d’immenses marées de vase verte à la surface de l’eau, qui privent d’oxygène et tuent la faune et la flore aquatique. Des critiques qui n’empêchent pas le procédé de se développer à grande vitesse.

La surpêche fait perdre emplois et argent à l’UE

Réapprovisionner les stocks halieutiques pourrait créer des milliers d’emplois et stimuler le PIB de l’UE de 4,9 milliards d’euros par an, indique une nouvelle étude.

La bioéconomie au niveau régional

La demande des consommateurs pour une alimentation à la traçabilité irréprochable et locale est en hausse, et pas seulement à Berlin.

« En Belgique, en Allemagne et ailleurs en Europe, les consommateurs veulent un vrai gage de qualité, une nourriture bonne pour la santé. Ils associent cette qualité aux circuits courts », assure Steven Beckers, architecte et fondateur des serres BIGH (Building Integrated GreenHouses).

Son entreprise s’occupe du projet Abattoir, un des plus grands marchés urbains d’Europe construit dans un abattoir désaffecté à Bruxelles. Il utilise la technologie de l’aquaponie développée par la ECF Farm de Berlin.

Deux projets sont aussi envisagés à Paris ainsi qu’un autre à Milan, et les marchés scandinaves semblent prometteurs.

« Au bout du compte, il s’agit de recréer du lien entre les producteurs et les consommateurs, ainsi que de relocaliser ensemble l’agriculture et la production alimentaire », ajoute-t-il.

Beckers souligne aussi la valeur ajoutée qu’apportent les circuits courts au sein d’une région.

« Les circuits courts ont des impacts socio-économiques importants au niveau local, parce qu’ils sont avantageux à la fois pour les agriculteurs et pour les consommateurs », dit-il.

« Notre but est de faire partie d’une économie sociale et solidaire. Nous voulons créer de l’emploi au niveau local et donner un nouveau souffle économique dans certaines régions délaissées. »

Leschke ajoute que cela peut se faire aussi bien dans les villes que dans les zones rurales. « Les fermes aquaponiques peuvent être construites n’importe où, elles ne se limitent pas aux villes ou aux zones urbaines. »

Quand on leur demande par quel moyen l’Europe peut promouvoir ces circuits courts, Nicholas Leschke et Steven Beckers disent tous les deux qu’un étiquetage sur le bio serait une solution.

« Aux Etats-Unis, notre production serait étiquetée ‘bio’. Dans l’Union européenne, elle ne l’est pas car le logo est réservé uniquement à la production agricole classique. Et l’aquaponie n’utilise pas la terre, mais l’eau », dit Beckers.

Contexte

Les circuits courts sont de plus en plus vus en Europe du Nord comme un moyen efficace d’aller vers une agriculture durable tout en respectant l’exigence des consommateurs pour une plus grande transparence des produits et une production locale.

Etant donné les conditions météorologiques en Europe du Nord, l’utilisation de serres domine la production agricole, ce qui soulève plusieurs problèmes écologiques, tels que la consommation en énergie, l’utilisation des ressources naturelles, la gestion des déchets agricoles et la distribution de la production agricole aux industriels et aux consommateurs.

Ces derniers se sentent de plus en plus concernés par la provenance de leur nourriture et de la manière dont elle est produite. C’est aussi notamment à cause des nombreux scandales alimentaires qui ont éclaté en Europe ces dix dernières années.

Dans l’Union européenne, les circuits courts sont des circuits dans lesquels les produits sont identifiés et traçables ; on peut les attribuer à un agriculteur, et le nombre d’intermédiaires entre production et consommation est très réduit, et idéalement nul.

Plusieurs types de circuits courts existent : les AMAP (association pour le maintien d'une agriculture de proximité), la vente directement à la ferme, les marchés, la vente de proximité.

Les circuits courts visent à réduire la pression sur les ressources naturelles en leur permettant de se régénérer, ainsi qu’à combiner agriculture et pisciculture durables, sécurité alimentaire et protection de la biodiversité et de l’environnement.

Subscribe to our newsletters

Subscribe