Le Parlement européen demande l’interdiction de la pêche électrique

Le Parlement européen a demandé mardi l’interdiction de la pêche électrique dans l’UE, s’opposant à une dérogation proposée par Bruxelles qui veut autoriser cette pratique à une plus large échelle en mer du Nord.

Le vote est une étape sur le long parcours législatif du texte au sein de l’UE. Le Parlement va maintenant entrer en négociation avec le Conseil (les États membres) et la Commission pour trouver un compromis final.

« C’est une très belle victoire contre une pêche terriblement néfaste, une véritable arme de prédation massive », s’est immédiatement réjoui dans un communiqué Yannick Jadot (Verts français), qui fait partie des eurodéputés à la pointe de la contestation contre la pêche électrique.

La France reste favorable à une pêche électrique limitée en Europe

Le Parlement doit se prononcer le 21 novembre sur l’avenir de cette technique interdite dans l’Union depuis 1998, en raison de sa violence. Un article de notre partenaire le JDLE.

La Commission proposait de supprimer la restriction imposée aux flottes des États membres, établie à titre d’expérimentation. Celle-ci limite à 5 % de la flotte, dans chaque pays concerné, les chalutiers à perche autorisés à s’équiper pour la pêche électrique.

« Dérogations qui ont été accordées alors qu’un avis de l’organisme scientifique de la Commission européenne, le CSTEP, demandait que plusieurs problèmes soient résolus avant de déroger à l’interdiction de la pêche électrique. Pour cette raison, je vais demander à la Commission européenne des explications lors d’une prochaine audition devant la commission parlementaire de la pêche », a déclaré Alain Cadec, eurodéputé PPE et président de cette commission.

Pêche électrique: les Pays-Bas visés par une plainte européenne

L’association Bloom a porté plainte, ce 2 octobre, contre les Pays-Bas auprès de la Commission européenne en raison de ses nombreuses licences accordées à des navires pratiquant la pêche électrique. Une pratique interdite dans l’UE, en principe, depuis 1998. Un article de notre partenaire, le Journal de l’Environnement.

L’exécutif européen souhaitait en revanche maintenir la zone géographique dans laquelle ce type de pêche est limité, au sud de la mer du Nord.

Mais les amendements votés lundi lors de la séance plénière du Parlement font sauter toute dérogation, une victoire notamment pour les élus français, de tous bords, qui avaient pris la tête de la protestation. Ces amendements ont été votés à une large majorité (402 pour, 232 contre et 40 abstentions).

« Nous commençons à mettre des grains de sables de plus en plus gros dans les rouages de cette Europe de prédation des océans et de destruction des écosystèmes marins, et qui chemin faisant, sacrifie les pêcheurs artisanaux au profit de quelques flottes industrielles », a déclaré Younous Omarjee, eurodéputé de la gauche radicale.

La généralisation de la pêche électrique « décime les poissons, sacrifie les pêcheurs, désertifie nos territoires côtiers », a martelé lundi soir, lors d’un débat précédent le vote, Yannick Jadot. A l’inverse, une interdiction protège les ressources, « nous sauvons la pêche artisanale et nous avons de beaux et bons poissons dans nos assiettes », a-t-il fait valoir.

Intermarché rejoint la lutte contre la pêche électrique

Le distributeur Intermarché a appelé par voie de communiqué, le 5 décembre, à un moratoire sur la pêche électrique. Une technique officiellement interdite en Europe depuis 1998 mais encore pratiquée à cause de dérogations. Un article de notre partenaire, le JDLE.

Subscribe to our newsletters

Subscribe