Le Royaume-Uni veut pénaliser les plastiques difficiles à recycler

Le gouvernement britannique a publié, le 18 décembre, sa stratégie d’économie circulaire. Objectifs : réduire la production de déchets, en particulier de matières plastiques. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Le Royaume-Uni a décidé d’appliquer des bonus-malus aux emballages. Les producteurs et les commerçants pourront ainsi se voir imposer des pénalités pour avoir mis sur le marché des emballages difficiles à recycler, comme des plateaux en plastique noir. En application du principe pollueur-payeur, la contribution sera moindre s’ils sont réutilisables ou facilement recyclables.

Pollueur-payeur à 100 %

Actuellement, les contribuables financent les coûts de collecte et de recyclage des déchets à hauteur de 90 % (via les impôts locaux), contre 10 % seulement pour les producteurs et les détaillants. Demain, ceux-ci y contribueront totalement selon la nouvelle stratégie britannique, qui doit encore être transcrite dans la réglementation.

Taxe et consigne

Le plan introduit aussi une taxe sur les plastiques à usage unique contenant moins de 30 % de matières recyclées et vise à interdire certains produits plastiques lorsqu’une matière alternative efficace existe.

Il crée aussi un système de consigne pour les canettes et les bouteilles, qui était à l’étude depuis octobre 2017 outre-Manche. « Ce dispositif ne devrait toutefois pas voir le jour avant 5 ans, alors qu’il sera opérationnel dès 2020 en Écosse », souligne au Guardian Samantha Harding, responsable du programme Déchets de Campaign to protect rural England.

Un accord express pour mettre les coton-tige hors-la-loi

En moins d’un an, Parlement, Conseil et Commission se sont mis d’accord pour se débarrasser des plastiques à usage unique. Un record.

 

Enfin, le gouvernement de Theresa May veut lutter contre les activités illégales en matière de déchets en réformant les réglementations, en créant une unité spéciale chargée de réprimer cette criminalité, et en durcissant les sanctions.

Cette stratégie intervient alors que le taux de recyclage a reculé, pour la première fois au Royaume-Uni en 2015, et que la Chine interdit l’importation de nombreux types de déchets, dont les plastiques, depuis le 1er janvier 2018.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.