L’interdiction tardive des plastiques jetables fait polémique en France

L’Assemblée nationale a voté l’interdiction de tous les plastiques jetables pour … 2040. Une date jugée beaucoup trop lointaine par les défenseurs de l’environnement.

La fin des emballages plastique en France n’est pas pour demain… ni pour après-demain. Alors que  lutte contre les plastiques à usage unique, premiers responsables de la pollution plastique des océans, est devenus une priorité politique européenne, la France est en passe d’adopter une législation dont le calendrier interroge.

« L’interdiction des plastiques à usage unique d’ici 2040 vient d’être votée par l’Assemblée nationale : c’est un signal très fort et concret que la France envoie ce soir à ses partenaires européens et au reste du monde ! » s’est félicité la secrétaire d’État à la transition écologique, Brune Poirson, sur Twitter.

L’amendement adopté cible  « tous les emballages alimentaires, les flacons, bouteilles, ce qui est partout dans nos placards pour l’usage domestique et industriel », a souligné son autrice, la députée LREM Laurence Maillart-Méhaignerie.

Face aux critiques, l'industrie du plastique fait la sourde oreille

La fédération PlasticsEurope a présenté, ce 19 juin, le bilan de la consommation de plastiques -en hausse- en Europe et a jugé «contestables»les mesures réglementaires visant à limiter les produits jetables. Un article de notre partenaire le JDLE.

 

 

Décidé dans le cadre de l’examen du projet de loi anti-gaspillage qui vient de débuter à l’Assemblée nationale, cet amendement porté par La République en marche (LREM) cible l’ensemble de produits en plastique jetable. Une partie a déjà été interdite dans une loi européenne.

En théorie, le projet de loi présenté par le gouvernement en juillet tente d’organiser les modèles de production et de consommation pour passer du « jetable » au « circulaire ». Dans le viseur, la sobre consommation des ressources, l’amélioration du recyclage, la mise en place de la consigne ou encore la création d’un « indice de réparabilité des produits ».  Et la réduction de l’usage des plastiques.

Mais le calendrier adopté par les députés sur les plastiques jetables et porté par la majorité a suscité un tollé, tant il apparait déconnecté de l’urgence environnementale. Le député européen écologiste David Cormand a immédiatement dénoncé sur Twitter l’absurdité de décider d’une mesure à un horizon aussi lointain, soit 21 ans.

« On ne peut pas attendre 2040 pour interdire les sacs, les petites bouteilles ou les plastiques jetables dans les administrations publiques et lors des événements ! […]  Le WWF France demande au gouvernement et aux députés d’acter des mesures concrètes et immédiates » a réagi l’ONG environnementale dans un communiqué.

L’inscription de cette interdiction dans le texte du projet de loi n’est est pas moins une  petite avancée pour la France. En effet, lors de l’examen du texte au Sénat, l’interdiction du plastique à usage unique en 2040 avait également été adoptée, avant d’être annulée lors d’une seconde délibération, sous pression du gouvernement.

Pourtant, la France ne fait pas figure de leader sur la lutte contre les plastiques à usage unique en Europe. En effet, le Parlement européen a de son côté interdit les plastiques jetables à compter de 2021 lors d’un vote en mars dernier. Une interdiction moins large que celle prononcée par les parlementaires français puisqu’elle ne couvre que les couverts, les  cotons-tiges, les pailles et les touillettes en plastique à usage unique.

Plastiques interdits: la liste du Parlement européen s’allonge

Les eurodéputés de la commission environnement étendent les interdictions visant les plastiques à usage unique. Ils visent aussi les emballages de la vente à emporter, les bouteilles et les mégots, explique notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Mais au calendrier bien plus ambitieux puisque l’interdiction est prévue pour 2021. Par ailleurs, d’après la Commission européenne, les produits concernés par cette nouvelle législation représentent 70% de l’ensemble des déchets marins.

Lors de précédents débats parlementaires, les députés avaient d’ailleurs voté des interdictions de plastiques à usage unique pour le 1er janvier 2020. Mais cette échéance a été ensuite décalée à 2021 pour certains plastiques  (pailles, piques à steak, couvercles à verre jetables, assiettes, couverts, bâtonnets mélangeurs pour boissons, contenants ou récipients en polystyrène expansé, bouteilles en polystyrène expansé pour boissons, tiges de support pour ballons) ou d’en annuler complètement d’autres (boîtes, pots à glace, saladiers, plateaux-repas).

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.