L’UE est à la traîne pour le recyclage du plastique

Le taux de recyclage des emballages plastiques européens pourrait diminuer à court terme, passant de 42 % à l’heure actuelle, à environ 30 %. [alterfalter]/Shutterstock)]

Sans un changement de cap, l’UE n’atteindra pas ses objectifs en matière de recyclage du plastique, prévient la Cour des comptes européenne. Il est prévu que 50% des emballages soient recyclés d’ici à 2025. Un article d’Euractiv Italie.

La pandémie de Covid-19 a signé le retour en grâce des articles à usage unique, souligne un rapport de la Cour des comptes européenne publié mardi 6 octobre. Cela démontre que « les plastiques continueront à constituer un pilier de nos économies, mais aussi une menace environnementale de plus en plus grave », relèvent les auditeurs.

L’Union européenne affiche le taux global de recyclage des plastiques le plus élevé de l’ensemble des économies avancées. Mais pratiquement un tiers de ce taux est constitué de cargaisons expédiées vers des pays tiers pour y être traitées.

L’immense défi de la sortie du plastique

Alors que le projet de loi contre le gaspillage et pour une économie circulaire doit être adopté ce 21 janvier par l’Assemblée nationale, les obstacles à l’abandon du plastique sont légion. Un article de notre partenaire La Tribune.

En raison des méthodes de calcul introduites par la directive européenne sur les emballages et la Convention de Bâle, qui fixe des conditions plus strictes pour l’envoi de déchets plastiques à l’étranger, le taux de recyclage des emballages plastiques européens pourrait diminuer à court terme, passant de 42 % à l’heure actuelle, à environ 30 %. À partir de janvier 2021, une grande partie des transferts de déchets plastiques sera en effet interdite.

Les risques

Le risque est que certains États membres n’atteignent pas les nouvelles valeurs cibles de recyclage des emballages plastiques, ce qui compromettrait également l’objectif global de l’UE. Au final, cela pourrait alimenter le commerce illégal de déchets en Europe.

« Dans certains États membres, les déchets disparaissent », explique l’auditeur Samo Jereb, qui a supervisé l’élaboration du rapport. Selon le document, 13 % de tous les déchets non dangereux disparaissent du marché légal. Alors que pour les déchets dangereux, le pourcentage s’élève à 33 %. « Si l’on examine les données sur les importations et les exportations, des pays comme la Slovénie apparaissent comme des pays de transit classiques, poursuit Samo Jereb, mais l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas sont eux aussi de gros négociants et parfois, on ne sait pas très bien où vont les déchets ».

Les opportunités

L’UE a fixé les objectifs suivants pour les 27 pays membres : 50% des emballages plastiques devront être recyclés d’ici à 2025 et 55% d’ici à 2030. « Atteindre ces valeurs-cibles constituerait un pas important vers la réalisation des objectifs que l’UE a fixé en matière d’économie circulaire », explique le rapport.

La Commission change de stratégie sur l'économie circulaire

Quatre ans après la publication de sa première stratégie, qui ciblait le recyclage, Bruxelles vise désormais des produits et des services plus durables. Son plan d’action sera présenté le 11 mars. Un article de notre partenaire le Journal de l’environnement.

Des règles plus strictes en matière de collecte séparée et de responsabilité élargie des producteurs devraient se traduire par une augmentation de la quantité et une amélioration de la qualité des produits recyclables.

L’harmonisation des mécanismes incitatifs pour les fabricants devrait en outre permettre de promouvoir les emballages recyclables. Le développement futur de l’industrie du recyclage et l’adaptation du marché à des principes de circularité plus stricts pourraient créer de nouveaux emplois et permettre à l’UE d’acquérir une position dominante dans certains secteurs.

Subscribe to our newsletters

Subscribe
Contribuer