En Europe, moins d’une batterie sur deux est collectée

Trop de piles portables se retrouvent dans les déchets municipaux au lieu d’être collectées pour être recyclées. [ANGHI/Shutterstock]

Environ 45 % des batteries rejoignent une filière de collecte spécifique en Europe. La majorité d’entre elles se retrouvent dans les déchets municipaux, ce qui accroît les risques pour l’environnement. Un article de notre partenaire, le Journal de l’environnement.

Douze ans après l’entrée en vigueur de la réglementation communautaire, la collecte et le recyclage des piles restent largement insuffisants. Cette conclusion est dressée par la Commission européenne, qui a évalué l’application de la directive du 6 septembre 2006 relative aux piles et accumulateurs. Au total, 45 % des piles et batteries individuelles, automobiles et industrielles ont été collectées en Europe en 2015, selon une étude publiée fin octobre par Bruxelles.

Ces données ont été transmises par 14 États membres seulement, puisque les autres pays ne remplissent pas l’objectif de 45 % fixé par la directive pour 2016 ou n’ont pas transmis leurs résultats.

Nombreuses fuites

Trop de piles portables se retrouvent dans les déchets municipaux au lieu d’être collectées pour être recyclées, indique l’étude. Cela représente 16 % des piles mises sur le marché en 2015, soit 35 000 tonnes.

En France, 38 % des batteries ont été collectées en 2015. Elles ont été recyclées à hauteur de 82 % pour les modèles au plomb, 81 % pour les nickel-cadmium et 64 % pour les autres batteries.

Les deux atouts du recyclage

Si l’ensemble du secteur des piles n’émet que 0,2 % des gaz à effet de serre de l’Union européenne, leur recyclage n’en est pas moins bénéfique pour l’environnement. La valorisation matière des batteries au plomb-acide (automobiles), générant du plomb secondaire, émet 60 % de GES en moins que la production primaire de plomb. Elle divise aussi par 18 le potentiel de toxicité de ces produits pour l’homme en réduisant les émissions de substances dangereuses.

La moitié de l'Europe mal partie pour recycler ses déchets

14 États membres de l’UE doivent accélérer les mesures permettant d’atteindre 50 % de recyclage des déchets municipaux en 2020. Un objectif fixé par la directive-cadre en 2008. Un article de notre partenaire, le JDLE.

Nouvelles batteries hors circuit

Au rayon des batteries Li-ion, de nombreux procédés de recyclage visent à récupérer le lithium, opération jugée non rentable jusqu’en 2017. Ils complètent la récupération déjà mise en œuvre du nickel, cobalt et cuivre. Bruxelles estime toutefois que des objectifs précis de valorisation augmenteraient l’efficacité de leur utilisation dans l’UE.

Autre point noir : la collecte des batteries industrielles, qui sont de plus en plus utilisées par les consommateurs pour les vélos électriques ou le stockage d’électricité, échappe encore à toute obligation précise de collecte et de recyclage. Par ailleurs, l’étude suggère d’instaurer un étiquetage précis des produits chimiques contenus dans ces batteries pour réduire les risques sanitaires lors de leur manipulation, leur tri ou leur valorisation.

Bonnes pratiques

Côté bonnes pratiques, le rapport souligne la plus grande efficacité des régimes à organisation unique par rapport aux régimes concurrentiels pour l’organisation d’une filière à responsabilité élargie du producteur (REP). Ils offrent davantage de campagnes de sensibilisation et de points de collecte que les autres.

Économie circulaire et inclusion sociale : le pari de Cellaouate fonctionne

L’économie circulaire fait bon ménage avec l’engagement solidaire. Soutenue par des fonds européens, Cellaouate s’appuie sur les associations locales et des personnes en situation de handicap pour produir un isolant à base de journaux recyclés.

Subscribe to our newsletters

Subscribe