Larrouturou : « La BCE pourrait plus investir dans le climat »

Statement by the candidate for President of the Commission - Statement by the candidate for President of the Commission [© European Union 2019 - Source : EP]

Spécialiste de la transition climatique, Pierre Larrouturou déplore la faiblesse des montants d’argent frais mis sur la table par l’exécutif européen, notamment pour le Fonds de transition juste annoncé le 14 janvier. Mais l’élu ne manque pas d’idées pour  en trouver.

Eurodéputé social-démocrate français, Pierre Larrouturou vient d’être nommé rapporteur général pour le budget 2021, qui cristallise les tensions entre Etats membres et Parlement européen. 

La Commission européenne vient de présenter son projet de financement pour le Fonds de transition juste, à 7,5 milliards d’euros. Qu’en pensez-vous ?

Un milliard par an sur sept ans, soit 7,5 milliards d’euros, c’est sérieusement insuffisant. On va vers une catastrophe si on en reste là. Mais ce que je trouve intéressant c’est que, pour la première fois, la Commission européenne a recensé les besoins de financement ; si on se penche sur les textes publiés sur le Green deal, on voit que l’exécutif évalue à 782 milliards d’euros le besoin de financement pour la transition écologique. C’est une vision honnête de la réalité.

Bruxelles lance son plan pour un financement à plusieurs milliards de la transition énergétique

Pour financer une transition énergétique «juste» qui va coûter des milliards, la Commission von der Leyen dévoile mardi à Strasbourg un plan d’investissement qui s’appuie sur un nouveau fonds pour soutenir les régions les plus dépendantes au charbon.

Avec son «Pacte …

Après le résultat décevant de la COP25, l’Europe est-elle à la hauteur de ses ambitions sur le climat ?

Je crois que les choses peuvent changer, si on se met au travail rapidement pour avoir une proposition dès le mois de juin prochain, avec un financement sérieux de la politique climatique. Trump au moins est cohérent, il dit qu’il n’a rien à faire du climat, il ne fait rien ; pour l’Europe, il y a un vrai enjeu lors de la COP de Glasgow, où l’on attend d’un ou deux blocs, comme l’Europe et la Chine, une mobilisation sérieuse.

La Commission table sur un effet de levier qui permettrait de consacrer 100 milliards d’euros au climat, est-ce réaliste ?

Ce dont on a besoin de façon urgente, c’est d’efficacité énergétique. Si on veut diviser par 2 le CO2 dans 10 ans il faut isoler des centaines de millions de fermes, de maisons, de bureaux. Ce ne sont pas des projets rentables, il faut des subventions pour isoler des habitats sociaux, donc non, l’effet de levier qui a pu être celui de la Banque européenne d’investissement (BEI) dans le passé ne sera pas le même. C’est pour cela qu’il faut absolument trouver de nouvelles ressources.

Comment trouver l’argent nécessaire alors que la sortie du Royaume-Uni met déjà en péril le budget européen pour 2021-2027 ?

La BEI, qui vient d’annoncer qu’elle limitait ses investissements dans les énergies fossiles, devrait doubler ses ses investissements verts, ca fait déjà plus de 16 milliards par an.

Et la BCE pourrait plus investir dans le climat. Elle crée 240 milliards d’euros chaque année, et place tous les mois 100 milliards.

Si on fait le bilan de la politique d’assouplissement monétaire, ou quantitative easing, on s’aperçoit que sur les 2500 milliards d’argent crée depuis 2015, seulement 11% est allé dans l’économie réelle. Le reste est parti sur les marchés financiers, et les indices boursiers sont en train de grimper au ciel.

Alors, est-ce qu’il faut que la BCE continue de faire confiance aux banques ? Ou est-ce qu’on a un petit doute, et dans ce cas pourquoi ne pas mettre une partie de ces fonds, non pas dans les banques privées, mais dans la banque du climat…

La Banque européenne d'investissement entame sa mue verte

Les gouverneurs de la Banque européenne d’investissement (BEI) commenceront à discuter le 10 septembre d’une politique de prêt actualisée pour cesser de financer des projets liés aux combustibles fossiles.

Les Allemands sont très sensibles lorsqu’il s’agit de la BCE…

On peut agir sans toucher aux statuts de la BCE. En Allemagne, Peter Altmeier a trouvé une solution très intéressante pour financer la rénovation énergétique : il a crée une fondation qui fait des prêts à taux zéro aux Allemands, que l’Etat garantit tout en finançant les 2 % d’intérêt. Comme la fondation est de droit privée, elle ne rentre pas dans le calcul du déficit selon les critères de Maastricht. Pourquoi ne pas faire ça au niveau européen ?

Est-ce que les Etats membres sont prêts à entendre parler de ces solutions innovantes ?

Quand j’évoque le sujet avec des ambassadeurs, des ministres, on me dit : ah oui c’est intéressant ! La question du financement de la transition climatique mobilise en Europe, de l’Espagne à la Pologne. Qu’il s’agisse d’une taxe sur le kérosène ou sur les bénéfices des entreprises, on peut trouver des nouvelles ressources. La crise climatique est trop grave, et si on ne fait rien, dans deux ans les responsables d’aujourd’hui seront couverts de honte.

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.