La Commission inflige une amende à 4 géants de l’électronique

Margrethe Vestager

La Commission européenne a sanctionné les entreprises Asus, Philips, Pioneer et Denon & Marantz, accusées d’imposer des prix de revente sur Internet plus élevés. Un article d’Euroefe.

Coupables de pratiques anticoncurrentielle sur la vente de leurs produits en ligne, Asus, Philips, Pioneer et Denon & Marantz devront s’acquitter d’une amende de 111 millions d’euros.

« À cause des mesures prises par ces quatre entreprises, des millions de consommateurs européens font face à des prix plus élevés pour les produits électroménagers, les sèche-cheveux, les ordinateurs portables et de nombreux autres produits. Selon les normes de l’Union européenne sur la concurrence, c’est illégal », a déclaré Margrethe Vestager, commissaire européenne dans un communiqué.

Selon la Commission européenne, Asus, Philips, Pioneer et Denon & Marantz ont appliqué des prix de vente fixes ou minimaux, ce qui limite la capacité du détaillant sur Internet à imposer ses propres montants pour les produits.

Blocage de l’approvisionnnement

Les quatre firmes de l’électronique entraient en contact avec les distributeurs proposant leurs marchandises moins chères et si ceux-ci ne répondaient pas aux exigences des entreprises en termes de prix, ils recevaient de menaces ou des sanctions de Asus, Philips, Pioneer et Denon & Marantz, y compris un blocage de l’approvisionnement.

Selon Bruxelles, de nombreux distributeurs en ligne utilisent des algorithmes de prix qui adaptent automatiquement les prix des détaillants à ceux de la concurrence.

Par conséquent, les restrictions imposées par les marques d’électroniques avaient un impact encore plus grand sur les prix des produits vendus sur Internet, explique l’exécutif européen.

Bruxelles ne lâchera pas Google

La Commission européenne a infligé une nouvelle amende record de 4,34 milliards d’euros à Google pour abus de position dominante. Et ne compte pas s’arrêter là.

Contrôle sophistiqué

Par ailleurs, « l’utilisation d’instruments sophistiqués de contrôle » permettait aux fabricants de pister de manière efficace la fixation des prix de revente dans le réseau de distribution et d’intervenir rapidement à cas de baisse des prix, a ajouté la Commission.

Les quatre entreprises en question s’en sortent avec amende réduite à de 111 millions d’euros, car elles ont reconnu les faits et coopéré avec l’exécutif européen. Ainsi, Asus devra payer 63,5 millions d’euros, Denon & Marantz 7,7 millions d’euros et Philips 29,8 millions d’euros. Quant à Pioneer, l’entreprise devra verser 10,1 millions d’euros.

La firme taiwanaise Asus a surveillé les prix de revente de certains distributeurs pour ses articles de matériel informatique et autres produits électroniques comme des ordinateurs portables et des écrans en France et en Allemagne entre 2011 et 2014.

L’entreprise a pris contact avec les détaillants qui commercialisent ces produits en dessous du prix de revente pour leur demander de rehausser le prix.

Quant à la Japonaise Denon & Marantz, elle a participé au maintien de prix de revente élevés de ses produits audio et vidéo comme des écouteurs et des enceintes, vendus en Allemagne et en Hollande entre 2011 et 2015.

L’entreprise hollandaise Philips a fait de même en France entre 2011 et 2013 avec des produits électroménagers, des cafetières, des aspirateurs, des équipements de home cinéma, des brosses à dents électriques, des rasoirs et des sèche-cheveux.

Différence de prix dans les pays

En parallèle d’un maintien des prix de revente élevés, le japonais Pioneer a limité la capacité des détaillants à réaliser des ventes transfrontalières entre États membres de l’UE afin de conserver les différences de prix dans les pays.

Le comportement de Pioneer a duré de 2011 à 2013 et a touché douze pays : l’Espagne, l’Allemagne, la France, l’Italie, le Royaume-Uni, le Portugal, la Suède, la Finlande, le Danemark, la Belgique, la Hollande et la Norvège.

Vestager : « Je voudrais rester commissaire à la concurrence »

Certains la verraient bien Présidente de la Commission. Mais la commissaire à la concurrence européenne Margrethe Vestager souhaite continuer son poste. Et se concentrer notamment sur les GAFA.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe

Envie de savoir ce qu'il se passe ailleurs en Europe? Souscrivez maintenant à The Capitals.