Chypre accueille le 1er « European Coding Challenge », dans un contexte de pénurie de talents

L'événement s'est tenu à l'hôtel Hilton de Nicosie.

La ville de Nicosie a accueilli vendredi (20 mai) la première édition du European Coding Challenge, au cours de laquelle de jeunes chypriotes ont reçu une formation et des conseils d’experts en technologie, alors que l’UE tente de s’assurer qu’elle ne manquera pas des compétences nécessaires pour parvenir à la souveraineté numérique.

La guerre des talents technologiques fait rage dans le monde entier, les entreprises européennes ayant du mal à recruter des spécialistes des technologies de l’information et de la communication (TIC).

L’association européenne All Digital, la Cyprus Computer Society et l’entreprise technologique mondiale Huawei ont organisé un « challenge » de codage d’une journée à Nicosie pour sensibiliser le public à cette question.

L’objectif était de motiver les jeunes Chypriotes à s’engager dans la voie du codage, ces compétences devenant de plus en plus indispensables. « Le codage devrait être accessible à tous », a déclaré Peter Palvolgyi, PDG d’All Digital, ajoutant qu’« il est plus facile d’y accéder par l’éducation non formelle ».

Les 27 participants ont eu la possibilité de suivre une formation sur HUAWEI Mobile Services, l’entreprise chinoise qui a joué le rôle de partenaire technique, et de bénéficier des retours et des conseils de spécialistes du codage. « Nous savons que l’écosystème des applications est très important », a déclaré à EURACTIV Marco Xu, directeur des affaires publiques pour l’Europe centrale, de l’Est et du Nord chez Huawei, soulignant que de tels événements sont une chance pour inciter les développeurs à utiliser leur plateforme.

« La plupart des étudiants diplômés n’ont aujourd’hui que des connaissances de base, et non les connaissances spécialisées dont les entreprises ont besoin », a-t-il ajouté, soulignant une industrie en constante évolution qui nécessite des experts capables de rester à la pointe.

Rien qu’à Chypre, il manque quelque 4 000 spécialistes en informatique, selon Kyriacos Kokkinos, vice-ministre de la Recherche, de l’Innovation et de la Politique numérique du pays, qui a délivré un discours lors de l’événement.

«  La voie à suivre pour la décennie numérique  »

Pour remédier à ces pénuries, que l’on retrouve partout en l’Europe, la Commission européenne a présenté en septembre 2021 un plan intitulé « La voie à suivre pour la décennie numérique ». Cette initiative vise à faire en sorte que le continent prenne pleinement le virage du numérique d’ici à 2030.

Parmi les objectifs fixés, au moins 80 % des citoyens du bloc devraient avoir des compétences de base en matière de numérique, et les 27 États membres de l’UE devraient pouvoir compter sur 20 millions de travailleurs dans le domaine des TIC d’ici à 2030.

« Ce n’est pas une tâche facile à réaliser », a déclaré le ministre chypriote, qualifiant cet objectif d’« ambitieux » mais s’engageant à en faire une « haute priorité du gouvernement ». Huawei est « prêt à devenir l’un des contributeurs de cette ambition [européenne] », a également déclaré M. Xu.

« Les pénuries [de talents] ont deux dimensions », a déclaré M. Kokkinnos à EURACTIV. Il a mentionné qu’il ne s’agissait pas seulement de la quantité, mais aussi de la qualité. « Il y a un manque de besoins du marché », a-t-il déclaré, soulignant que les compétences acquises par les étudiants à l’université doivent déjà être mises à niveau lorsqu’ils entrent sur le marché du travail. « Coder, c’est comme déplacer du sable mouvant. Il faut être toujours sur le qui-vive », a-t-il souligné.

Tous les pays ne sont pas sur la bonne voie en matière de qualifications, selon l’indice relatif à l’économie et à la société numériques (DESI) de 2021, un indice évaluant les performances numériques des États membres.

Transition numérique : les données révèlent des situations très différentes entre les pays de l'UE

La Commission européenne a fixé un certain nombre d’objectifs pour la transition numérique des États membres dans le cadre de la « Boussole numérique » pour 2030, et les indicateurs annuels, publiés le 12 novembre, ont montré des résultats mitigés à travers le bloc.

Plus de femmes sont nécessaires

L’exécutif européen a également fixé un objectif en termes de parité, appelant les États membres à promouvoir l’accès des femmes à ce domaine.

Interrogé sur l’importance d’avoir plus de femmes dans le secteur des TIC, M. Kokkinnos a répondu qu’il était « facile de répondre à cette question, mais difficile d’y apporter une solution ». «Notre système éducatif, nos préjugés sociaux, n’encouragent pas » les femmes à s’engager dans cette carrière, a-t-il expliqué.

« Cela commence par la famille et la société, puis le système éducatif maintient cette situation, au lieu de l’inverser et de la renverser. C’est un immense défi », a-t-il déclaré à EURACTIV, soulignant qu’il n’y a pas eu « d’améliorations quantifiées » malgré de nombreuses initiatives en Europe ces dernières années.

« J’ai toujours pensé que la technologie numérique était la meilleure opportunité pour que les hommes et les femmes arrivent à l’égalité », a déclaré M. Xu, appelant le système éducatif de chaque pays à encourager les étudiantes à se lancer dans ces métiers.

« Tout est conditionné pour qu’une femme pense qu’elle n’est pas douée avec un ordinateur », a déclaré Elena Strouthou, cofondatrice de Cocoon Creations Services, une agence de conceptions d’applications mobiles, qui a partagé son parcours avec les participants. « Cela exclut 50 % de la population », a-t-elle déclaré à EURACTIV.

La commission de l’Industrie, de la Recherche et de l’Énergie (ITRE) du Parlement européen a adopté sa position sur la proposition « La voie à suivre pour la décennie numérique » mardi (17 mai).

Les femmes ont moins de chances de travailler dans le secteur du numérique

Alors que les femmes ont été à l’origine d’innovations essentielles dans les technologies numériques, elles n’ont aujourd‘hui encore pas accès comme les hommes à ce secteur économique en termes d’emplois et d’accès aux compétences.

 

Subscribe to our newsletters

Subscribe