« Ciugud to be true » : l’histoire du meilleur village numérique de Roumanie

En Roumanie, le meilleur « village intelligent » serait sans doute la commune de Ciugud, dans le comté d’Alba, au centre du pays. [Ciugud]

La Roumanie s’est efforcée, même après son adhésion à l’UE, de trouver une solution pour faire revivre certains de ses villages confrontés à la pauvreté et au dépeuplement. La commune de Ciugud s’est distinguée en parvenant à combattre le déclin rural de manière intelligente, selon EURACTIV Roumanie.

Malgré les fonds européens mis à sa disposition, le gouvernement roumain central a échoué à développer une stratégie nationale pour les districts ruraux. Les villages ont donc été contraints de s’appuyer sur le tourisme, les traditions ou l’agriculture, ou de prendre des mesures pour devenir des « villages intelligents ».

L’UE a activement encouragé le principe du « village  intelligent » pour aider la Roumanie et d’autres pays membres à lutter contre le déclin rural.

Selon la Romania Smart City Association, les « villages  intelligents » sont des communautés situées dans des zones rurales qui utilisent des solutions innovantes pour améliorer la vie des habitants, en modernisant l’administration publique et en développant l’économie en fonction des atouts de la région, des opportunités locales et des dernières technologies.

Le meilleur « village  intelligent » de Roumanie

En Roumanie, le meilleur « village  intelligent » serait sans doute la commune de Ciugud, dans le comté d’Alba, au centre du pays. Les maires d’autres régions s’y rendent régulièrement pour s’en inspirer. Ciugud est même devenu un exemple de réussite pour les villages du district de Prignitz, en Allemagne, après la visite de fonctionnaires du district de Brandebourg à la fin du mois d’août.

Le maire de Ciugud, Gheorghe Damian, a quitté son parti politique pour se consacrer à plein temps à la commune, et ce depuis 21 ans déjà. À ce jour, il a investi plus de 32 millions d’euros dans les infrastructures, le tourisme, les énergies renouvelables et les projets culturels de la commune.

Pourtant, tout a commencé avant l’adhésion de la Roumanie à l’UE : « Nous nous sommes en quelque sorte entraînés avec les financements des programmes Phare et Sapard, nous avons pris goût aux fonds européens », a déclaré M. Damian.

Grâce aux fonds européens, la commune figure désormais parmi les cinq communes les plus riches du département d’Alba en termes de recettes budgétaires.

L’adhésion à l’UE a permis aux autorités locales de ne plus dépendre uniquement de la volonté des politiciens pour l’obtention de fonds de développement, a déclaré le maire. Il a ajouté que l’argent de l’UE est « le moins cher parce qu’il ne dépend pas du score électoral, du nombre de banderoles que j’ai montrées, mais de l’idée du projet, de ce que je propose et de ce que je fais avec les montants alloués au projet ».

Les villages intelligents, remède à l’exode rural en République tchèque

Le ralentissement démographique, la migration urbaine et la transformation digitale figurent parmi les principaux défis que doivent affronter les zones rurales européennes. Les villages intelligents, toujours plus populaires au sein de l’UE, sont appelés à contrer ces tendances négatives.

« Ciugud to be true »

En 2000, la commune comptait environ 2 600 habitants. Aujourd’hui, elle en compte 3600. Au total, près de 10000 euros par habitant ont été investis grâce aux fonds européens.

Le maire se félicite qu’à Ciugud, il n’y ait aucun logement sans services publics (eau, égouts, gaz naturel, fibre optique) et aucune rue non pavée. En effet, même les 26 kilomètres de chemins agricoles ont été pavés.

Le slogan de la commune, « Ciugud to be true », s’applique également aux voitures électriques, puisque la région compte une borne de recharge à énergie éolienne pour 1 000 habitants. La commune dispose également de systèmes d’éclairage intelligents et a entrepris de faire passer ses câbles électriques sous terre.

Les habitants sont font par ailleurs davantage confiance à l’administration locale qu’à l’église, ce qui n’est pas une mince affaire dans la Roumanie orthodoxe.

« Après tout, c’est le rôle d’une administration publique locale : rendre les gens heureux à travers tout ce qu’elle fait. Le fait que les gens veuillent acheter une maison ou une parcelle ici, investir dans notre zone de développement économique, installer le siège de leur entreprise ici, je pense que c’est ce qui est le plus réjouissant pour notre administration publique locale », a poursuivi le maire.

Le succès ne s’arrête cependant pas à Ciugud puisque le maire souhaite également contribuer au développement des localités environnantes, avec lesquelles il a déjà développé des partenariats.

« Il ne suffit pas pour nous de bien faire, nous sommes conscients que nous devons vivre dans un espace où nous devons éliminer les disparités », a-t-il déclaré.

L'Espagne va allouer 10 milliards d'euros à la lutte contre l'exode rural

Le gouvernement espagnol affectera environ 10 milliards d’euros du total des fonds de relance de l’UE post-COVID-19 approuvés pour le pays ibérique, à la lutte contre l’exode rural.

Développer l’éducation

Le système éducatif des zones rurales de Roumanie est souvent négligé. Les bâtiments abandonnés n’ont souvent ni chauffage ni accès à l’eau ou aux systèmes d’égouts. Les élèves doivent également parcourir de longues distances pour se rendre à l’école et certaines familles préfèrent parfois garder leurs enfants à la maison pour effectuer les tâches ménagères.

À Ciugud, la situation a changé. Les enfants avaient l’habitude d’aller à l’école dans la ville voisine d’Alba Iulia, la capitale du comté d’Alba. Depuis, la première « école intelligente » de la Roumanie en zone rurale a vu le jour. Elle a atteint sa pleine capacité, et la commune envisage maintenant d’investir dans une nouvelle école.

À l’école, les enfants apprennent à utiliser des outils numériques, qu’ils utiliseront une fois adultes, explique Dan Lungu, coordinateur du programme « Ciugud Smart Village ». Dan Lungu se dit fier de la façon dont les autorités locales ont mis en œuvre divers outils numériques pour faciliter l’interaction entre la population et l’administration.

« Mes collègues ont commencé la numérisation en 2010. Avec le financement de l’UE, ils ont commencé à acheter des logiciels, à se spécialiser, à travailler avec eux. Maintenant, nous avons beaucoup de services numérisés. Si la loi le permettait et si nous pouvions interconnecter notre base de données avec celles d’autres institutions publiques, nous pourrions avoir plus de 90 % des interactions avec les citoyens en ligne », a déclaré M. Lungu.

Autres exemples de bonnes pratiques

Outre les progrès réalisés en matière d’éducation, la commune s’est également penchée sur des solutions numériques afin de faciliter le paiement des impôts et des taxes par les citoyens.

La population n’a plus besoin de se rendre à la mairie pour payer ses impôts puisque la commune a mis en place quatre solutions de paiement électronique, ainsi que des stations de « self-pay » pour chacun des villages de la commune.

Les habitants peuvent également demander ou soumettre en ligne des documents tels que leurs certificats fiscaux. Près de 80 % des paiements sont effectués par voie électronique.

La fréquence des investissements de la commune ne ralentit pas pour autant. En effet, la commune a construit l’un des terrains de golf les plus modernes du sud-est de l’Europe pour un montant de 15 millions d’euros, ainsi que la première jetée sur les rives de la rivière Mures. Ciugud envisage désormais d’utiliser des fonds européens pour construire le premier terrain de camping-car dans le comté d’Alba.

En Bulgarie, l'agriculture durable stimule le monde rural

L’agriculture familiale n’est pas une sinécure, mais un jeune couple bulgare est parvenu à relever le défi de façon durable et économiquement viable, tout en faisant revivre l’une des régions les plus pauvres de l’UE. Un article d’EURACTIV Bulgarie.

Subscribe to our newsletters

Subscribe