Comment Facebook et Google contournent le RGPD

shutterstock_388224226 [Shutterstcok]

Selon une étude norvégienne, Google et Facebook continuent d’amèner leurs utilisateurs à partager des informations personnelles, via des paramétrages par défaut « intrusifs ». Un article de notre partenaire, Ouest-France

Les géants américains du web Facebook et Google continuent à collecter de très nombreuses informations sur leurs utilisateurs et contournent la nouvelle législation européenne sur la protection des données personnelles. C’est la conclusion d’une récente étude du Conseil norvégien des consommateurs, consultable en anglais sur son site.

Cette agence gouvernementale de protection des consommateurs relève dans son rapport que les réglages proposés par les deux géants américains contreviennent au nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD), même après son entrée en vigueur le 25 mai.

En proposant des paramétrages par défaut « intrusifs », Facebook et Google amènent leurs utilisateurs à partager leurs informations personnelles à leur insu. « Ces sociétés nous manipulent pour que nous partagions des informations sur nous-mêmes », a déclaré le directeur des services numériques du Conseil, Finn Myrstad, dans un communiqué.

Facebook et Google visés par les premières plaintes pour non-respect du RGPD

Dès l’entrée en vigueur du nouveau règlement européen sur la protection des données, des plaintes ont visé les grandes entreprises tech américaines et leur gestion des données.

Des paramètres de confidentialité « souvent cachés »

L’étude norvégienne a été réalisée entre mi-avril et début juin, quelques semaines après l’entrée en vigueur du RGPD. Selon les éléments recueillis, les paramètres par défaut de Facebook et Google sont le plus souvent les moins respectueux de la vie privée. En outre, les utilisateurs les changent rarement. Les réglages plus favorables à la confidentialité « nécessitent plus de clics et sont souvent cachés », insiste l’étude.

« Dans de nombreux cas, les services cachent le fait que les utilisateurs ont très peu de choix réels, et que le partage complet de données est accepté simplement en utilisant le service », résume-t-elle. « Cela montre un manque de respect pour leurs utilisateurs, et contourne la notion de laisser aux consommateurs le contrôle de leurs données personnelles », a souligné Finn Myrstad dans le communiqué.

Les grands sites américains traînent des pieds

De manière générale, un mois après l’entrée en vigueur du RGPD, les grands sites américains traînent des pieds et sont loin de s’être tous mis en conformité avec la nouvelle législation européenne. C’est ce que constate le chroniqueur Bill Fassinou du site développez.com qui a fait un tour d’horizon des solutions adoptées par les sites américains pour respecter le RGPD.

Certains sites bloquent purement et simplement les utilisateurs européens. C’est le cas des sites de grands journaux comme le Los Angeles Times, le Chicago Tribune et le New York Daily News. Un message signale ainsi que le site du Chicago Tribune est « actuellement indisponible dans la plupart des pays européens » lorsqu’un utilisateur européen cherche à s’y connecter. D’autres sites américains désormais inaccessibles depuis l’Europe se contentent d’afficher un message d’erreur.

 

>>Lire la suite sur le site de Ouest-France

Subscribe to our newsletters

Subscribe